• Bèn lou bon-jour en tóuti, 

    Vaqui  l’escasènço de passa uno bono journado  de counvivialita  prouvençalo emé de cantaire de trìo come Crestian e sa pichouno fremo, di dansaire, de bèlli souspresso,  uno acampado d’afouga de nosto bello Lengo. 

    Enfourmacioun  à transmetre à vòstis ami. 

    Bèn amistadousamen. 

    Rèino 

     

    Bonjour à tous,

    L'Oustau de Prouvènço fête ses 40 ans.

    Voici l'occasion de passer une bonne journée de convivialité Provençale, avec des chanteurs comme  Crestian e sa pichouno frem, des danseurs, de belles surprises, une assemblée de passionnés de notre belle Langue.

    Merci de transmettre à vos connaissances

    Bèn amistousamen

    Alain

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Henriette G

    Le médecin de Cucugnan se promène souvent avec un livre à la main, Les Cucugnanais doutent de son savoir, ils n'allaient pas à sa consultation,

     

    Josette O

    Ero un mège que n’en sabié long, car n’avié forço après ; e pamens, dins Cuccugnan, ounte despiei dous an s’èro establi, i’avien pas fe. Que voulès ? Toujour lou rescountravon em’un libre à la man, e se disien, li Cucugnanen :

    « saup rèn de rèn, noste mège : fèbre-countùnio legis. S’estùdio, es per apprendre. Sa besoun d’apprendre, es que saup pas. Se saup pas es un ignorènt ». –

     

    Sylvie D

    Poudien pas li leva d’aqui, e… i’avien pas fe.

    Un mège sènso malaut es un calèu sènso oli. La fau pamens gagna la vidasso, e noste paure mesquin gagnavo pas l’aigue que bevié.

    Ero tèms, certo, qu’aco finiguèsse.

    Un jour, pèr n’en vèire la fin, lou mège fagué dire dins tout Cucugnan que sa sciènci èro tant grando, e tant pouderouso, e tant soubeirano, qu’èro capablo, noun soulamen de gari un malaut, ço qu’es un jo d’enfant, mai de ressuscita ‘n mort, ço que se pòu dire un gros miracle de Diéu !...

     

    Henriette G

    Un jour il dit dans le village que sa science est grande , qu'il est capable de soigner , mais aussi de ressusciter les morts, Il donne RV au cimetière

    Albin

    - « Eto-mai, un mort, disié, mort e enterra !...E lou ressuscitarai quand voudran en plen jour, en plen cimentèri, davans tòuti ! »….

     

    Josette O

    Fugué counvengu que lou dimenche venènt, à miejour sounant, Moussu lou mège, en plen cémentèri de Cucugnan, dévié ressucita ‘n mort…

     

    Albin

    - Mis ami, digué, vous ai proumés de ressuscita ‘n mort : tendrai paraulo. N’en lève la man. Vejan ! e silènci !...M’es pas mai dificile, segur de reveni Jaque o Jan que Nanoun o Babèu, que Glaude o Simoun… Voulès que vous ressuscite… Simoun ? Coume ié disias ? Simoun Cabanié…qu’es mort d’un marrit plévèsi, i’ aura lèu un an ?

     

    Josette G

    Catherine demande à ce qu 'on ne le ressuscite pas, car à la fin du mois elle se marie avec Pascal et ils ont déjà reçu des présents,

     

    Henriette

    - Escusas, Moussu lou mège, siou Catarino, véuso dòu paure Simoun. Ero certo un brave ome, fasié moun bonur, e lou plourarai tant que Diéu me gardara lis iue de la tèsto ! Mai lou ressuscitès pas , vesès, car, vèngue la fin dòu mes, quitarai lou dòu… que me volon marida ‘mé lou long Pacau. Dòu vuie en vue fan li crido – proumié-darrié. - Ai reçaupu li présènt.

     

    Albin

    - Ah ! que fasès bèn de me lou dire, Catarino !... Eh ! bèn, alor, se ressuscitave Nanoun Pèu-Rouge, qu’enterrèron lou jour de la Candelouso ?...

     

    Josette G

    Nanou est la femme de Jacques 10 ans de purgatoire, qu 'elle reste où elle est pour mon repos, têtue comme un âne, bagarreuse, dépense tout l 'argent et a une langue de vipére, ferait battre la Sainte vierge et son Joseph,

     

    Adrien

    - Gardas-vous n’en bèn, Moussu lou mège, Nanoun èro ma femo. Sian resta dès an ensèn, dès an de pugatòri, tout Cucugnan lou saup. Que Nanoun rèste ounte ei, per soun repaus e pèr lou miéu. Un pico-pebre, Moussu ! testardo coume un ase, e vanelouso, e garrouio, e chaupiasso, em’acò pièi li man traucado, em’uno lengo ! uno lengo de serp, Moussu, qu’aurié fa batre la santo Vierge emé san Jòusé ! E …se diséu tout !…

     

    Henriette Chaque proposition est ainsi rejetée. Cependant le médecin poursuit :

    Albin

    Vesès, acò ‘s proun enfetant... Vau finalamen reviha lou Besuquet, qu’avalè sa lengo en manjant de merlusso, i’a ‘no mesado.

     

    Henriette G

    Louiset ne veut pas,il m 'a vendu sa vigne, son mas en viager , je ne veux pas recommencer,

    -Adrien,

    Vole pas, iéu, vole pas! cridè Louviset Gaugalin, li dous bras en l’èr! M’avié vendu sa vigno e soun maset à founs perdu. I’ai paga mai que sa valour, dès an à-de-rèng, - en bèus escut-blanc,- e i’a jamai manca ‘n sòu. Me faudrié tourna-mai ié paga sa pensioun? Sarié pas juste, Moussu lou mège.

     

    Henriette G

    Alors un qui n 'a ni soeur, ni femme, ni frère, votre bon curé, si je le ressuscitais

    non non sourd comme un pot: on lui parle de figues, il répond raisins

    à ce jour un jeune curé , beau galant élégant,

    Albin

    - Me n’en diras tant!... Eh bèn! siegue!...

    N’en sabe un que mourigué, leissant ni femo ni enfant, ni fraire ni sorre, mai l’eisèmple de tòuti li vertu, e si quatro sòu a voste espitau : voste bon Curat, que tant vous amavo, que plourerias tant ! e que per l’amour de vous, fagué, vous ensouvèn ? un tant rude viage dins l’autre mounde, bouscant, paure pelegre ! pèr tout cantoun e caire, si Cucugnanen, e lis atrouvant touti, fin quo d’un - ai ! malur ! – dins l’infèr tout dubert ? Se lou ressuscitavian ?

     

    Sylvie

    - Ah ! nàni, nàni, Nàni ! Nàni ! Moussu lou mège !...

    - Dòumaci, Dòumaci èro vièi, ah ! paure ! e sourd coume un toupin, bèn tant sourd que… quand me coufessavo, se ié parlave figo me respondié rasin. Leissas-lou dins la glòri de Diéu !... Car piéi, aven aro un Curat qu’es jouine e qu’a ‘n biais galant ; es brave coume un sòu, e canto coume uno ourgueno, predico coume un serafin, meno sa barco coume se dèu…

     

    Henriette G

    le médecin propose alors de ressusciter un enfant de lait

    La grand mère dit : ce n 'est pas possible d 'allaiter deux enfants,

    Albin

    - Que vous dirai ?... Perqu’acò ‘s ansin, viren-nous d’un autre caire : tenès, vesès, aqui davans, uno pichoto crous de bos ? Dirias que l’erbo flourido e li blanc cacalausoun an vougu n’escoundre la tristo colour negro, tant de pertout li cacalausuon blanc se ié soun empega, e tant à soun entour a bèn grandi e flouri l’erbo ! Es lou cros d’un enfant de la. Avié dès mes quand mourigué : l’escritèu lou dis. Sarié pecat segur de lou ressuscita : es tant urous d’èstre mort, de pas vièure dins un mounde ounte s’ausis… ço que me disès, mis ami !... Se pamens voulès que lou revèngue, tambèn lou revendrai.

     

    Josette G

    - Moussu lou Dòutour, fai alor uno bravo vièio en plourant, aquéu pichot mort es nostre, ai ! las ! e siéu sa grand. Ma fiho l’avié panca desmama, e traucavo sa dènt de l’iue, quand, pecaire ! mouriguè. Ah ! s’avias vist coume èro bèu, noste nistoun !... Diéu nous l’a pres, eh ! bèn, siegue facho sa voulounta !... Vesès, aro n’avèn un autre que teto. Diéu fai bèn ço que fai, e rènd pièi d’uno man ço que nou prend de l’autro. Lou reviéudés pas, que poudrian pas n’en nourri dous, e sian trop paure pèr lou metre en bailo….

     

    Henriette G

    Le médecin renonce à resusciter les morts, mais sa réputation est établie:

    Tout Cucugnan se fait soigner chez lui,

    Albin

    - N’i’a proun pèr aro, e meme trop! diguè. D’abord que voulès pas que fague vuei lou miracle, assajarai de lou faire un autre jour, noun en ressuscitant un trespassa, - car m’es veritablamen impoussible, lou vesès, - mai en aparant la vido agarrido pèr la mort.

    Adessias.

     

    Josette O

    E s’esbignè.

    Quau vous a pas di que, despièi aquéu Dimenche marcant, noste mège faguè miracle dins Cucugnan. Ressuscitè pas li mort, mai sauvè la vido à mai que d’un. Li Cucugnanen i’aguèron grand fe, - car enfin, disien, se tenguè pas sa proumesso au cementèri, es pièi pas éu, fau èstre juste, que n’en fuguè l’encauso.

    Em’ acò bello finido.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire
  • le dicton du mois de janvier

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Lei santoun

    Manlèu de la cansoun de D. Daumas

     

    Prendrai uno coufo amé de moufo

    Dins lou bouas l’emplirai.

    Proche la chaminèio, sus la taulo vièio

    La moufo estalarai ;

    Mei santoun poulit, tout acoulouri

    Lei deveiharai

    D’un souam d’uno annado, sus la moufo aplanado

    A cha-un lei metrai.

     

    Li aura lou Bartoumiéu, l’avugle emé soun fiéu,

    S’un pount lei quiharai ;

    Lou pastre et soun fedan, lou gros capelan

    Que suso coumo un ai,

    Lou tambourinaire emai l’amoulaire

    Qu’amolo tant e mai,

    Lou cònsou, lou bóumian, lou moulinié tout blanc

    Noun leis óublidarai.

    Mancara que lou ravi, mi tancarai aqui…

    E badarai !

     

     

    Les santons 

    Extrait de la chanson de D. Daumas

     

    Je prendrai un panier et de mousse

    Dans le bois je le remplirai.

    Près de la cheminée, sur la vieille table

    La mousse je l’étalerai ;

    Mes jolis santons, tout colorés

    Je les réveillerai

    Du sommeil d’une année, sus la mousse aplanie

    Un à un je les installerai.

     

    Il y aura Barthélemy, l’aveugle et son fils,

    Sur un pont je les poserai ;

    Le berger et son troupeau, le gros curé

    Qui transpire comme un âne,

    Le tambourinaire et aussi le rémouleur

    Qui aiguise tant et plus,

    Le maire, le bohémien, le meunier tout blanc

    Je ne les oublierai pas.

    Il ne manquera que le ravi, je me planterai là…

    Et j’admirerai !

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Bravis amigo e ami

    Poudès encaro vous marca pèr aquelo serado

    Reservacioun de faire.

    Amista felibrenco

    Lou Cabiscòu de la Targo

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  Santo Barbo

     

    Lou 4 desèmbre, jour de la Santo Barbo, marco la debuto dóu tèms calendau que va se perlounga enjusqu’au dous de fébrié pèr la Candelouso.

             Oublidès pas de Metre à greia dins 3 sietoun de blad o bèn de lentiho.

           Mai qu èro Santo Barbo ?

             Au siècle tresen à Smirne la fiho de Dioscore uno chato bello e vierge voulié deveni crestiano, soun paire, pèr l’en empacha, la faguè embarra dins uno tourre mounte li avié que dous estro. Mai Barbo capitave à se faire bateja quand même. Quouro soun paire apren acò s’enmalicio coume un fòu e fa coundana sa fiho au cremadou. Mai quouro lou bourrèu vau bouta lou fue, lou cremadou pren pas.

             Alors Dioscore aganto uno destrau e tranco la tèsto de sa fiho, mai èu es quatecant foudreja.

             Es pèr acò que Santo barbo es la patrouno d’aquéli que mestrejon lou fue li poumpié e li artihié.

     

     

    Aujourd'hui c'est la Sainte Barbe

              Le 4 décembre, jour de la Sainte Barbe marque le début du temps calendal qui va se prolonger jusqu’au 2 février pour la Chandeleur.

             N’oubliez pas de mettre à germer dans 3 siétons du blé ou des lentilles.

             Mais qui était Sainte Barbe ?

             Au treizième siècle à Smyrne la fille de Dioscore particulièrement belle voulait devenir Chrétienne, son père pour l’en empêcher, la fit enfermer dans une tour qui n’avait que deux fenêtres. Cependant Barbe réussit à se faire baptiser malgré tout. Lorsque son père apprend cela il entre dans une colère terrible et fait condamner sa fille au bûcher. Mais quand le bourreau veut mettre le feu celui ci ne prend pas.

             Alors Dioscore attrape une hache et tranche la tête de sa fille, mais il est aussitôt foudroyé.

             C’est pour cela que Sainte Barbe est devenue la patronne des professionnels du feu les pompiers et les artilleurs.

     

    Aujourd'hui c'est la Sainte Barbe

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  • Fuguè un bèu autuno… pèr li berigoulo !

     N’i a agu forço… de reservo soun esta facho e noumbrouso li recèto coumplido. Que chale !

     N’i aviè encaro à la debuto de l’annado…

     N’en vaqui quàuquis un !

     

    Ce fut un bel automne… pour les champignons !

     Il y en a eu beaucoup… des réserves ont été faites et de nombreuses recettes réalisées. Quel régal ! Il y en avait encore au début de l’année…

     En voici quelques uns

     

    les champignons

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Connaissez-vous le sorbier ?

     

    Lou Sorbier

     

     

    Es un aubre óuriginàri  dóu bacin mieterran.

    Si fru, blet, servon à faire confiture, sourbet, aigo-ardènt…..

    Soun bos dur es utilisa pèr la menusarié, l’ebenistarié, la lahutarié, l’esculturo e pèr la fabricacioun de manche d’óutis e autre óujet, en bos, rabot, règlo, …. Tambèn si fasié d’engrenage pèr li moulin.

     

     

    C’est un arbre originaire du bassin méditerranéen, ses fruits, blets, servent à faire confiture, sorbet, eau de vie……

    Son bois dur est utilisé en menuiserie, ébénisterie, lutherie, sculpture pour la fabrication de manches d’outils et autres objets en bois, rabot, règle, ….. on faisait aussi des engrenages pour les moulins.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  (Provençal Rhodanien)

    Prouvènço es uno crousado de camin. Despièi que Marto fielo lou flume Rose ié porto li barrulaire davalant de l'uba. Li gènt dis Aup e di Ceveno ié soun endraia d'adaut de si mountagno long di valèio de Durènço, d'Ubaio, de Blèuno, de Vardoun, de Var e de Gardoun...

    Li gènt de mar ié fan babau long di coustiero d'Itàli e d'Espagno, o travessant la Mieterrano vengu de Corso, de Naplo o d'Africo maugrabino. L'antico "Via Domitia" la travesso touto, que vai de Roumo jusco ou pounènt d'Europe.

    E Marsiho, port e porto  dÓu Levant foundado pèr de Grè, duberto sus lou mounde, toustèms a atriva e recata aquéli que l'an facho : Ligour, Fenician, Rouman, Galés, Burgonde e Visigot, Francés, Piemountés e Italian, Corse, Catalan e Espagnòu, Armenian, Maugrabin, Pèd-Negre, Coumourian....

     Image associée

     

    La Provence est un carrefour. Depuis toujours le fleuve du Rhône y apporte les voyageurs descendant du Nord. Les chemins empruntant les vallées de la Durance, de l''Ubaye, de la Bléone, du Verdon, du Var et du Gardon y conduisent du haut de leurs montagnes les gens des Alpes et des Cévennes.

    Les marins y font escale en longeant les côtes d'Italie et d'Espagne ou en traversant la Méditerranée, venus de Corse, de Naples ou du Maghreb. L'antique "Via Domitia" la traverse entièrement, qui va de Rome jusqu'à l'Ouest de l'Europe.

    Et Marseille, port et porte de l'orient fondée par les Grecs, ouverte sur le monde, de tout temps a attiré et abrité ceux qui l'ont faite : Ligures, Phéniciens, Romains, Gaulois, Burgondes et Wisigoths, Français, Piémontais et Italiens, Corses, Catalans et Espagnols, Arméniens, Maghrébins, Pieds-noirs, Comoriens.....

    (Source : Parle-moi Provençal - Assimil langues régionales)

    Marseille, Calanques, Provence, Mer, Bleu, France

     

     Fin

        

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  (Provençal Rhodanien)

    Uno legèndo conto que, dóu tèms que lou Bon Diéu bastissié lou mounde, un bèu jour en aguènt quàsi acaba, ié restavo un pau de soulèu, un pau de cèu blu, un pau de mountagno, un pau de mar, un pau de palun, un pau de roucas, un pau de planuro, un pau de colo, un pau de fre, unpau de caud, un pau de vènt, .... N'a fa Prouvènço en disènt "acò sara moun paradis"....

     

    Ansin de Prouvençau, n'i'a de ribo de mar e di gràndi mountagno gavato, di lono de Camargo e di garrigo secarouso, de Rose e di raro d'Itàli, di grò ssi vilo dóu miejour e di vilajoun quiha dins de rode esvarta.

     De Prouvençau vengu de pertout

     (carte de la Provence de 1605)

     

    Des Provençaux venus de partout

     

    Une légende raconte qu'à l'époque où Dieu bâtissait le monde, ayant un beau jour presque terminé, il vit qu'il lui restait un peu de soleil, un peu de ciel bleu, un peu de montagne, un peu de mer, un peu de marais, un peu de rocher, un peu de plaine, un peu de colline, un peu de froid, un peu de chaleur, un peu de vent.... Il en fit la Provence en disant "ce sera mon paradis"...

    Ainsi il y a des Provençaux du bord de mer et des hautes montagnes alpines, des lagunes de Camargue et des garrigues desséchées, du Rhône et des frontières d'Italie, des grandes villes méridionales et des villages perchés dans des zones isolées.

     (Source : Parle-moi Provençal - Assimil langues régionales)

     

    De Prouvençau vengu de pertout

     (carte de la Provence aujourd'hui)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  

    Pas de cours de Provençal les mercredis 17 et 24 octobre 2018 : les professeurs sont absents !!!!.....

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

     

     
    Pouemenet pèr lei pichoun… mai tambèn pèr lei grand !
     
    Roundèu d’autouno  - Pauleto Rouvier « Enfantoulige »
     
    A la roundo di fueio
    Lou vènt fòu a jouga.
    A la roundo di fueio
    Forço bèn a canta.
     
    A la roundo di fueio
    Lis aucèu an parti.
    A la roundo di fueio,
    Li bèu jour soun fini.
     
    Dansas ! dansas ! li fueio,
    Tant qu’avès de coulour.
    Dansas ! dansas ! li fueio,
    Revendran li bèu jour.
     
    Petit poème pour les petits… mais aussi pour les grands !
     
    Rondeau d’automne  - Paulette Rouvier « Enfantillage »
     
    A la ronde des feuilles
    Le vent fou a joué,
    A la ronde des feuilles
    Il a très bien chanté.
     
    A la ronde des feuilles
    Les oiseaux sont partis.
    A la ronde des feuilles,
    Les beaux jours sont finis.
     
    Dansez ! dansez les feuilles,
    Tant que vous avez des couleurs.
    Dansez ! dansez les feuilles,
    Les beaux jours reviendront.
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Quicho clau

    Lou  Dimècre 27 lou fougau èro clafi de mounde.

    Lou cous de prouvençau fasié soun quicho clau.

    Tóuti lis escoulan s’èron acampa pèr se saluda avans  li vacanço d’estiéu.

    Valerìo èro demié nautre pèr nous faire canta. Tambèn lis afouga de cant èron vengu.

    Mai la sesiho de travai a esta acourchido pèr faire rasso au got de l’amista e à la tastadisso de bachiquello que chascun avié pourta.

    Aquelo sesiho temounio dóu plasé qu’aven à se retrouba, tóuti li dimècre, dins un envirounamen estudious mai subre tout siau, pèr faire viéure nosto lengo.

     A l’an que vèn  E se noun sian pas mai, que noun fuguen pas mens !

     

     

    Le mercredi 27, le fougau était plein de monde.

    Le cours de Provençal faisait sa dernière séance.

    Tous les élèves s’étaient réunis pour se saluer avant les vacances d’été.

    Valérie était parmi nous pour nous faire chanter, aussi les amateurs de chant étaient venus.

    Mais la séance de travail a été écourtée pour faire place au verre de l’amitié et à la dégustation des amuse-bouches que chacun avait apportés.

    Cette réunion témoigne du plaisir que nous avons à nous retrouver, tous les mercredis, dans une ambiance studieuse et surtout détendue, pour faire vivre notre langue.

     

    A l’an prochain. Et que si nous ne sommes pas plus, nous ne soyons pas moins.

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique