•  

     

    LIOUN 23 juliet - 23 avoust   - cinquen signe

     

     

     

     Pèiro de neissènço : Juliet : roubin - Avoust : “peridot’’ vo “sardonyx’’.

    Lou LIOUN es lou CINQUIN signe dóu zoudiaque. Soun simbole es lou lioun. Aquéu signe courrespond au cor dins lou cors uman.

    Mitoulougìo grèco: Lou Lioun , à la péu impenetrablo, fiéu dóu moustre Typhon, fa regna la terrour dins la regioun de Némée, en Argolie, Grèço. Tua aquéu moustre e lou ramena à Eurysthée, es lou proumié di douge presfa qu’Héraclès dèu acoumpli. Héraclès avèn à l’estoufa de si dous man, l’espeio emé li propo grifo dóu moustre pèr entamena la péu courrejous, netejo la péu e s’en revestis. Zeus bouto lou lioun dins lou fiermamen, au noumbre di counstelacioun.

    Lou LIOUN es idealiste e roumanti, ounourable e leiau.  Individualisto, li LIOUN an de la classo, de carisme e soun flamejaire. Aquéli qualita podon escoundre un naturau temide.

    Elemen: signe de FIÒ. Li natiéu d’aquéu signe soun entousiasto, energi e autouritàri

    Lou LIOUN es un signe pousitéu vo masculin. Li LIOUN soun espoutaniéu e s’espremon libramen.

    Lou LIOUN es un signe fisse. Li LIOUN soun d’ami fidèu.

    Celebrita :

    • 15/08/1769 Napoleon Bonaparte, emperaire francés.
    • 24/07/1802 Aleissandre Dumas, autour francés.
    • 1898 Amelia Earhart, proumiero aviatouro qu’a subre-voula  l’Atlantico en soulitàri.
    • 19/08/1883 Coco Chanel, courduriero franceso.
    • 01/08/1936 Yves St Laurent, courdurié francés.

    Glaudo

     

    LION 23juillet-23aôut   -  

    Pierre de naissance: juillet : rubis - août : péridot ou sardonyx

    Le Lion est le cinquième signe du zodiaque. Son symbole est le lion. Ce signe correspond au Coeur dans le corps humain.

    Mythologie grecque : Le Lion, à la peau impénétrable, fils du Monster Typhon, fait régner la terreur dans la région de Némée, en Argovie, Grèce. Tuer ce monstre et le ramener à Eurysthée est le premier des douze travaux qu’Héraclès doit accomplir. Héraclès parvient à l’étouffer de ses deux mains, il l’écorche avec les propres griffes du monstre pour entamer la peau coriace. Il nettoie la peau et s’en revêt. Zeus place le lion dans le firmament, au nombre des constellations

    Le Lion est idéaliste et romantique, honorable et loyal. Individualistes, les Lion ont de la classe, du charisme et sont flamboyants. Ces qualités peuvent cacher un naturel timide.

    Elément : le FEU. Les natifs de ce signe sont enthousiastes, énergiques et autoritaires.

    Le Lion est un signe positif ou masculin.

    Les Lion sont spontanés et ils s’expriment librement.

    Le Lion est un signe fixe. Les Lion sont des amis fidèles.

    Claude

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

                 

     

     

    CANCÈR 22 Jun – 22 juliet

     

    Pèiro de neissènço : jun : Agato,perlo, pèire de luno vo aleissandrito

    Juliet : Roubin

     

    Lou CANCÈR es lou quatren signe dóu zoudiaque. Soun simbole es la favouio.

    Aquéu signe courrespond i sen e à l’estouma dóu cor uman.

     

    Elemen : signe d’AIGO.

    Li natiéu d’aquéu signe soun artisto, emoutiéu e sensible.

     

    Li Cancer aprecìon mai que tout la segureta. Amon la segureta e l’eisanço de sa famiho.

    Soun vulnerable sus lou plan dis esmougudo e s’arrenjon pèr s’apara. Fan d’eicelènt mejansié.

     

    Lou CANCÈR es un signe negatiéu vo feminin.

    Li Cancer an tendènci au repous e à èstre passiéu.

     

    Lou CANCÈR es un signe cardinau.

    Li Cancer soun dis estigadou clafi d’imaginacioun.

     

    Celebrita :

    23/06/1763 Emperairis Jóusefino, femo de Napoleon.

    29/06/1900 Antòni de St Exupery, aviator e escrivan francés.

    01/07/1804 Jòrgo Sand, roumansiéro franceso.

    05/07/1889 Jan Cocteau, pouèto, escrivan, dramatisto e cineasto francés.

    19/07/1834 Edgar Degas, pintro impressiounisto francés.

     Glaudo

     

     

     

     

    CANCER 22juin-22juillet.

    Pierre de naissance juillet: rubis.

    Le Cancer est le quatrième signe du zodiaque. Son symbole est le Crabe. Ce signe correspond aux seins et à l’estomac du corps humain.

    Elément : signe d’Eau. Les natifs de ce signe sont artistes, émotifs et sensibles.

    Les Cancer apprécient plus que tout la sécurité. Ils aiment la sécurité et le confort de leur famille. Ils sont vulnérables sur le plan émotionnel et s’arrangent pour se protéger. Ils font d’excellents médiateurs.

    Le Cancer est un signe négatif ou féminin. Les Cancer ont tendance au refoulement et à être passifs.

    Le Cancer est un signe cardinal. Les Cancer sont des instigateurs pleins d’imagination.

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •   

     

    VANO e VANOUN



    Li vano e li vanoun soun dos meno de cuberto e cuberteto. Se diferencion de la cuberto simplo pèr ansin que se coumpauson de dos espessour de teissut sarrant un rambourrage mantenu pèr un poun de picaduro.

    Podon èstre emplega coumo la souleto cuberto dóu lié vo coum’uno cuberto d’ournamen e en talo escasènço s’aparenton à un dessus de lié, uno VANO !

    L’alestimen de la vano douno jo à di creacioun diverso e tras qu’estigança.

    Aquesto teinico es nascudo en Asio e lis éuroupen l’an raducho de l’Óurient-Mejan.

    D’inventàri marsihés de l’Age-Mejan prouvon l’eisistènci d’aquel artisanarié en Prouvènço.



    « VANO » et « VANOUN » COURTEPOINTE et COUVRE-PIED



    Les « vano » et « vanoun » sont deux types de couverture et petite couverture. Elles se distinguent de la couverture simple par le fait qu’elles se composent de deux épaisseurs de tissu enfermant un rembourrage maintenu par un point de piqûre.

    Elles peuvent être utilisées comme l’unique couverture du lit ou bien comme une couverture d’ornement et dans ce cas elles s’apparentent à un couvre-lit, un dessus de lit.

    La confection de la courtepointe donne lieu à des créations diverses et très élaborées.

    Cette technique est née en Asie et les européens l’ont ramené du Moyen-Orient.

    Des inventaires marseillais du Moyen-Age prouvent l’existence de cet artisanat en Provence.



    Sources Wikipédia et Souleiado

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

    LOU BESSOUN 22 mai – 21 jun

     

    LOU BESSOUN : Les Gémeaux

    Pèiro de neissènço :

    • Mes de Mai: ESMERAUDO
    • Mes de Jun: AGATO, PERLO, PÈIRE DE LUNO VO ALEISSANDRITO

    Lou BESSOUN es lou tresen signe dóu zoudiaque. A pèr simbole di bessoun. Courrespond i póumoun e au pitre dóu cor uman.

    Elemen : signe d’ÈR.

    Li Bessoun soun escarrabiha, resounable e espansiéu.

    Li Bessoun , de vertadié parpaioun que butinejon d’un atiramen à un autre. Impreventiéu, podon èstre enuious. An l’esprit viéu e soun enfetant e charmant.

    Lou BESSOUN es un signe pousitéu vo masculin. Li Bessoun soun espountaniéu e an uno grando liberta d’espressioun.

    Lou BESSOUN es un signe chanjant. Li Bessoun soun souple e s’asaton facilamen.

     

    Celebrita :

    24/05/1941 Bob Dylan, autour coumpousitour american.

    28/05/1908 Ian Fleming, roumansié anglés, creator de ‘’James Bond’’.

    31/05/1923 Prince Rainier de Monaco (Louis Henri Maxence Bertrand de Grimaldi).

    06/06/1606  Pèire Corneille, pouèto dramatist francés.

    21/06/1905 Jan pau Sartre, filousoufe eisistencièu francés.

     

     

    Le Gémeau est le troisième signe du zodiaque. A pour symbole des jumeaux.

    Correspond aux poumons et à la poitrine du corps humain.

    Elément : signe d’air

    Les Gémeaux sont alertes, raisonnables et expansifs.

    Les Gémeaux sont de vrais papillons qui butinent d’une attraction à une autre. Imprévisibles, ils peuvent être ennuyeux. Ils ont l’esprit vif et sont spirituels et charmants.

    Le Gémeau est un signe positif ou masculine. Les gémeaux sont spontanés et ont une grande liberté d’expression.

    Le gémeau est un signe changeant. Les Gémeaux sont souples et s’adaptent facilement.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    L’autre aier en manjant li fru de la sesoun, li cereiso, me siéu ramenta aquèu, ufanous demié lis autre, conte de Daudet : « Li vièi », m’agrado de vous n’en douna un tai.

     

    L’autre jour, en mangeant les fruits de la saison, les cerises, je me suis souvenu de ce, magnifique conte, parmi les autres, de Daudet ; Les Vieux, c’est avec plaisir que je vous en transmet un morceau.

     

    D’aquéu tèms, un drame terrible se debanavo à l’autre bout de la chambro, davans l’armàri. S’agissié d’ajougne en aut, sus la darniero post, un certan boucau de cereiso à l’aigo-ardènt qu’esperavo Maurise despièi dès an e que l’on voulié me durbi. Mau despié di suplicacioun de Mameto, lou vièi avié tengu d’ana querre éu-meme si cereiso ; e, quiha sus uno cadiero au grand esfrai de sa femo, assajavo d’arriva aqui aut... Vesès d’eici lou tablèu, lou vièi que tremolo e s’estiro, li pichòti bluio rampounado à sa cadiero, Mameto darrié éu desalenado, li bras para, e sus lou tout un lougié prefum de troumpo-pastre que s’eisalo de l’armàri dubert e di gràndi pielo de linge rous... Ero charmant.

    A la longo, après proun peno, s’avenguè de lou tira de l’armàri, aquéu famous

    boucau, e emé éu uno vièio timbalo d’argènt, la timbalo de Maurise quand èro pichot.

    Me la rampliguèron à ras de cereiso; Maurise lis amavo tant li cereiso! E dóu tèms que me servié, lou vièi me disié à l’auriho ‘m’ un èr lipet :

    - Sias bèn urous, vous, de pousqué n’en manja!... Es ma femo que lis a facho...

    Anas tasta quicon de bon.

    Ai-las ! sa femo lis avié facho, mai avié oublida de li sucra. Que voulès ! l’on

    devèn distra en se fasènt vièi. Eron abouminablo, vòsti cereiso, ma pauro Mameto...

    Mais acò m’empachè pas de lis empassa fin qu’au bout, sènso ciha.

     

     

    Pendant ce temps, un drame terrible se passait à l’autre bout de la chambre, devant l’armoire. Il s’agissait d’atteindre là-haut, sur le dernier rayon, certain bocal de cerises à l’eau-de-vie qui attendait Maurice depuis dix ans et dont on voulait me faire l’ouverture. Malgré les supplications de Mamette, le vieux avait tenu à aller chercher ses cerises lui-même ; et, monté sur une chaise au grand effroi de sa femme, il essayait d’arriver là-haut… Vous voyez le tableau d’ici, le vieux qui tremble et qui se hisse, les petites bleues cramponnées à sa chaise, Mamette derrière lui haletante, les bras tendus, et sur tout cela un léger parfum de bergamote qui s’exhale de l’armoire ouverte et des grandes piles de linge roux… C’était charmant.

    Enfin, après bien des efforts, on parvint à le tirer de l’armoire, ce fameux bocal, et avec lui une vieille timbale d’argent toute bosselée, la timbale de Maurice quand il était petit. On me la remplit de cerises jusqu’au bord ; Maurice les aimait tant, les cerises ! Et tout en me servant, le vieux me disait à l’oreille d’un air de gourmandise :

    -Vous êtes bien heureux, vous, de pouvoir en manger !… C’est ma femme qui les a faites… Vous allez goûter quelque chose de bon.

    Hélas sa femme les avait faites, mais elle avait oublié de les sucrer. Que voulez-vous ? on devient distrait en vieillissant. Elles étaient atroces, vos cerises, ma pauvre Mamette… Mais cela ne m’empêcha pas de les manger jusqu’au bout, sans sourciller.

     

     

     

      

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    3 commentaires
  •  

    promenade

     

    Despièi lou tèms !!! Vène à Peirrefue despièi d’an e siéu jamai mounta à la capello Santo Crous… vaqui es fa !

    Situado au daut dóu vilage, es la proumiero glèiso couneigudo à Peirrefue, sis óurigino soun fort anciano. Destrucho en 1579, dóu tèms di guerro de religioun, es resta desvalabrado pendènt quasimen cent an. Fuguè rebastido en 1681 sus li rouino de l’anciano glèiso. En 1943 lou site de Santo Crous es escri à l’enventàri di site istouri. La capello doumino la plano e òufre i vesitaire uno visto imprenablo à 360 degrad. Acò es bèn verai, qunto visto ! mai qunto mountado ! E qunte daumage que l’ague uno anteno justà coustat !

     

    Proumenado à Peirrefue : La capello Santo Crous

    (les figues de Barbarie)

     

    Promenade à Pierrefeu : La chapelle Sainte Croix

     

    Depuis le temps !!! Je viens à Pierrefeu depuis des années et je ne suis jamais montée à la chapelle Sainte Croix… voilà c’est fait !

     

    Située en haut du village, c’est la première église connue de Pierrefeu, ses origines sont fort anciennes. Détruite en 1579 lors des guerres de religion, elle est restée en ruine pendant presque cent ans. Elle fut rebâtie en 1681 sur les ruines de l’ancienne église. En 1943 le site de Sainte Croix est inscrit à l’inventaire des sites historiques.

     

    La chapelle domine la plaine e offre aux visiteurs une vue imprenable à 360°. C’est bien vrai, quelle vue ! mais quelle montée ! Et quel dommage qu’il y est une antenne juste à côté !

     

    promenade

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    5 commentaires
  •  

     Un prouvèrbi pèr lou mes de Mai

    Un proverbe pour le mois de Mai

     

    "En Mai pichoto plueio, degun enuio"

    "En Mai petite pluie, personne n'ennuie"

     

    Un proverbe d'actualité

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    Vaqui uno receto reculis de-vers uno coulègo de l’óubradou « piqué -marsilhés » (bèn avans la covid !) e que fau tambèn emé d’espinard.

    Voici une recette recueillie auprès d’une collègue de l’atelier « piqué-marseillais » (bien avant la covid !) et que je fais aussi avec des épinards.

     

     

    Tarto i bledo e is óulivo

     

    La pasto :

     

    • 150 g de farino
    • 8 cuiero à soupo d’óli ( en Prouvènço, quouro se parlo d’óli, de segur es d’óli d’óulivo !)
    • 4 cuiero à soupo d’aigo tousco
    • ¼ de cuiero à cafè de sau

     

    La garnituro :

     

    • 1 bello cebo
    • Óli (d’óulivo !)
    • Verd de bledo
    • 1 vo 2 veno d’aiet (segound goust)
    • Juvert
    • Óulivo negro sènso meseioun
    • 2 cuiero à soupo de crèmo fresco espesso
    • Sau, pebre

    Alesti la pasto en mesclant tóuti lis ingrediènt e la pasta fin-que se destaco dóu saladié e di det. N’en faire uno boulo. La metre au refrigeradou pèr 30 minuto au mens.

    Atuba lou four th 5 (150°)

    Pela e chapla la cebo, l’aiet e lou juvert. Prendre li fueio di bledo (pas li costo), li lava e lis escourreja.

    Dins uno sartan, à fiò dous, vuja un pau d’óli e faire reveni la cebo. Apoundre li bledo e couire fin-que l’ague plus de liquide. Apoundre aiet e juvert chapla, pièi la crèmo fresco.

    Estèndre la pasto e founsa un mole. Desparti dessus l’alestimen. Decoura emé lis óulivo

    Enfourna pèr 30 minuto.

     

     

     

     

     

     

    La pâte :

     

    • 150g de farine
    • 8 c à s d’huile d’olive (en Provence quand on parle d’huile c’est bien sûr d’huile d’olive)
    • 4 c à s d’eau tiède
    • ¼ de c à c de sel

     

    La garniture :

     

    • 1 oignon
    • Huile d’olive
    • Vert de blettes
    • 1 ou 2 gousses d’ail (selon le goût)
    • Persil
    • Olives noires sans le noyau
    • 2 c à s de crème fraiche épaisse
    • Sel, poivre

     

    Préparer la pâte en mélangeant tous les ingrédients et la pétrir jusqu’à ce qu’elle se détache du saladier et des doigts. En faire une boule. La mettre au réfrigérateur pour 30 minutes au moins.

    Allumer le four th. 5 (150°).

    Peler et hacher l’oignon, l’ail et le persil. Prendre les feuilles de blettes (pas les cotes), les laver et les couper en lanières.

    Dans une poêle, à feu doux, verser un peu d’huile et faire revenir l’oignon. Ajouter les blettes et cuire jusqu’à ce qu’il n’y ai plus de liquide. Ajouter ail et persil haché puis la crème fraiche.

    Etendre la pate et foncer un moule. Répartir dessus la préparation. Décorer avec les olives.

    Enfourner pour 30 minutes.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

    Li dindouleto

     

    Tè, soun aqui, li proumiéri dindouleto ! Lis ai entendu arriba dimècre, de vèspre...

    Tóuti lis an es lou meme manege : viron, tournejon dessubre moun oustau, emé si piéu-piéu tant particulié e recouneissable.

    Poudèn dire pamens que lou printèms es arriba ! 

     

     

    Les hirondelles

     

    Tiens, elles sont là, les premières hirondelles ! je les ai entendues mercredi soir… Tous les ans c’est le même manège : elles tournent, tournoient au-dessus de ma maison, avec leur cri si particulier et reconnaissable.

    On peut dire enfin que le printemps est arrivé !                                              

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

      

     

     

    BRAU 21 abriéu  -  21 ma

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pèiro de neissènço : ABRIÉU : Diamant

    MAI : Esmeraudo

     

     

     

    Lou BRAU es lou segound signe dóu zoudiaque. Es representa pèr un tau. Aquesto signe courrespond à la gorjo e au còu dóu cor uman.

     

    Elemen : Signe de TERRO.

    Li natiéu dóu Brau an l'esperit prati ; soun realisto e reserva.

     

    Lou BRAU recerco la pas e la tranquileta tras qué tout.

    De naturo moudèsto, se countento à resta dins l'oumbro. Li natiéu dóu BRAU soun sensible e escoundon un segut cinisme, souto un èr tras que dous.

     

    Lou Brau es un signe negatiéu vo feminin.

    Li BRAU an tendènci au refoulun, à èstre passiéu.

     

    Lou BRAU es un signe fisse.

    Li BRAU soun d'ami fidèu.

     

    Celebrita :

    23/04/1564 William Shakespeare pouète, dramatisto e atour anglés.

    26/04/1452 Lienard de Vinci, pintre, escultour,architèite,musician,ingeniaire,

                                               scientifi, enventaire italian.

    06/05/1758 Robespierre, ome pouliti francés.

    08/05/1828 Jan Enri Dunant, Souïsso foundadou de la Crous Roujo.

     

    Li San de glaço :

    11/05 San Mamert

    12/05 San Pancrace

    13/05 San Servais

     

    TAUREAU 21 avril - 21 mai

     

    Le TAUREAU est le second signe du zodiaque. Il est représenté par un taureau. Ce signe correspond à la gorge et au cou du corps humain.

     

    Elément :Signe de TERRE.

     

    Les natifs du taureau ont l'esprit pratique ; ils sont réalistes et réservés.

     

    Le taureau recherche la paix et la tranquillité avant tout.

     

    De nature modeste, il se contente de rester dans l'ombre. Les natifs du taureau sont sensibles et cachent un certain cynisme sous un air très doux.

     

    Le taureau est un signe négatif ou féminin. Les Taureau ont tendance au refoulement, à la passivité.

     

    Le taureau est un signe fisse. Les Taureau sont des amis fidèles.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  • Conte tradiciounau: Lou jour que plóuguè de macaròni

     

    Dous fraire vivien dins un vilajoun. L’einat si sounavo Peire, e lou mai jouine, Jan.

    Peire, coumo toujour dins leis istòri, èro inteligent. Jan èro brave mai un pau couioun se vous agrado miéus :calu, niais, innoucènt... Un jour que trabaiavo dins lei champ, Peire troubè dins la terro uno pignato, grando e pleno d’or.

    - « De que vau li dire à moun fraire ? » si demandè lou Peire. « Es tant nèsci que va tout mai dire à tout lou mounde, e lou rèi vendra lèu e nous prendra tout. »

    Pamens, poudié pas carreja la pignato soulet, que pesavo trop. Alor aguè uno idèio. Anè à l’oustau pèr metre d’aigo à bouï sus lou fue. Pièi, partè dins la campagno. Dins lou bouas, troubè un lapin que s’èro pres à la leco, e, dins lou fielat qu’avié manda dins la ribiero, un pèis…Peire, qu’avié uno idèio darnié la tèsto, metè lou pèis dins la leco, e lou lapin dins lou fielat.

    Plan-planet s’entournè à l’oustau. Aqui, faguè couire de macaròni dins l’ aigo que bouié. Après la cuecho, anè esparpaia acò pèr lei branco deis aubre, dins lou jardin, sus l’erbo e lei flour.

    Quouro Jan s’enretournè dóu trabai, Peire li diguè : 

    - « Vene ‘mé iéu, qu’ai besoun d’ajudo ! »

    En passant pèr lou bouas, troubèron lou pèis pres à la leco.

    - « Qu’es acò ? » faguè Jan, « un pèis souto uno leco, l’aviéu jamai agu vist ! »

    - « Siés bèn tòti, es un pèis dei bouas » faguè Peire, e prenguèron lou pèis. Pièi, anèron à la ribiero e levèron lou fielat. 

    - « Hòu ! un lapin dins un fielat, acò es pas poussible ! » cridè Jan tout estabouï.

    - « Li coumprènes rèn , es un lapin d’aigo ! » respoundè Peire.

    Pièi passèron pèr lou champ e tóutei dous empourtèron la grosso pignato. Escoundèron l’or dins lou trau de la figuiero, darnié l’oustau.

    - « Qu’anèn manja ? » demandè Jan que coumençavo d’agué lou ruscle.

    - « Es pas coumplica, basto de recampa lei macaròni » faguè Peire, e li moustrè lei macaròni que l’ avié sus leis aubre.....

    - « Lei macaròni vènon sus leis aubre aro ? Aquelo empego »

    - « Que nàni, es un nivoulas de macaròni qu’a passa adès, e a plóugu de macaròni, anèn si coungousta. Mai gardo-ti de counta aquò en degun ! »

    Mangèron coumo dei rèi....

    L’endeman de-matin, Jan anè à la fouant querre d’aigo, èro tant roumpu que lei gènt li demandèron perqué éro tant flapi .

    - « Fau pas va dire, es qu’ aièr, emé moun fraire, si sian carreja uno pignato grosso, grosso grosso…clafido d’or ! »

    Pas-pu-lèu, dins tout lou relarg si parlavon plus que d’aquelo pignato meravihouso. Lou rèi, que èro ràspi e marrit coumo tout, de segur, l’aprenguè... Mandè sei sourdat pèr aganta lei dous fraire e lei faguè mena dins soun castèu.

    - « Alor, es verai qu’avès trouba uno pignato pleno d’or ? »

    - « Nàni, respoundè Peire, avèn rèn trouba ! »

    - « Mai coumo, es toun fraire Jan que l’a counta à tóutei leis estajan dóu païs! »

    - « Lou paure, pecaire, es coumpletamen fada! Demandas-li un pau quouro l’ avèn troubado aquelo pignato !… »

    - « E bèn, es lou jour que plóuguè de macaròni, t’en souvènes pas, emai que si regalerian tant! »

    - « De que ? » faguè lou rèi que n’en revenié pas. »

    - « Oi, e, lou meme jour, trouberian e aganterian : un lapin d’aigo e un pèis dei bouas ! »

    - «  Ai coumprés », bramè lou rèi furious. Siés un fadòli de proumiero, un fouale de la bouano que ! Ah ! ti siés garça de toun rèi. Gàrdi, agantas-lou e garças-li uno poulido rousto. »

    Lei gàrdi l’achaupèron e li garcèron uno bello roustasso.

    Quand lei dous fraire s’entournèron à l’oustau, Jan fasié  que de gingoula:

    - « oi, oi de ma tèsto, oi, oi de moun esquino, oi,oi de.... ».

    Peire de si faire uno pèu de rire. Aro sabié qu’anavon viéure tranquile, e que sarién plus jamai paure.

     

    E cric,e cric, lou conte es fini. E cric, e crac, lou conte es acaba

     

     

     

    Conte traditionnel: le jour où il plut des macaroni

     

    Deux frères vivaient dans un petit village. l’ainé s’appelait Pierre, et le plus jeune, Jean.

    Pierre, comme toujours dans les histoires, était intelligent. Jean était doux mais un peu benêt si vous préférez: idiot, niais, innocent... Un jour où ils travaillaient dans les champs, Pierre trouva dans la terre une marmite, grande et pleine d’or.

    - « Que vais-je dire à mon frère ? » se demanda Pierre. « il est si bête qu’il va tout dire à tout le monde, et le roi viendra vite et nous prendra tout. »

    Toutefois il ne pouvait pas transporter la marmite seul, car elle pesait trop. Alors il eut une idée. Il alla à la maison pour mettre de l’eau à bouillir sur le feu. Puis, il partit dans la campagne. Dans le bois, il trouva un lapin qui s’était pris au piège, et, dans le filet qu’il avait jeté dans la rivière, un poisson... Pierre, qui avait une idée derrière la tête, mit le poisson dans le piège, et le lapin dans le filet.

    Lentement il retourna à la maison. Là, il fit cuire des macaroni dans l’eau qui bouillait. Après la cuisson, il allat les éparpiller sur les branches des arbres, dans le jardin, sur l’herbe et les fleurs.

    Quand Jean revint du travail, Pierre lui dit :

    - « Viens avec moi, car j’ai besoin d’aide! »

    En passant par le bois, ils trouvèrent le poisson pris au piège.

    - « Qu’est ce que c’est ? » dit Jean, « un poisson dans un piège, je ne l’avais jamais vu ! »

    - « Tu es bien niais, c’est un poisson des bois » dit Pierre, et il prirent le poisson. Puis, ils allèrent à la rivière et relevèrent le filet ?

    - « Oh ! un lapin dans un filet, ce n’est pas possible! » cria Jean tout abasourdi.

    - « Tu n’y comprends rien c’est un lapin d’eau ! » répondit Pierre.

    Puis ils passèrent par le champ et tous les deux emportèrent la grosse marmite.

    Ils cachèrent l’or dans le trou du figuier, derrière la maison.

    - « Qu’allons nous manger? » demanda Jean qui commençait à avoir faim.

    - « Ce n’est pas compliqué, il suffit de ramasser les macaroni » dit Pierre, et il lui montra les macaroni qui étaient sur les arbres…

    - « Les macaroni poussent sur les arbres maintenant ? ça alors ! »

    - « Mais non, c’est un gros nuage de macaroni qui est passé tantôt, et il a plu des macaroni, nous allons nous régaler. Mais ne raconte cela à personne. »

    Ils mangèrent comme des rois…

    Le lendemain matin, Jean alla à la fontaine chercher de l’eau, il était si fatigué que les gens lui demandèrent pourquoi il était si las.

    - « Il ne faut pas le dire, c’est que hier, avec mon frère, nous avons transporté une marmite grosse, grosse, grosse… remplie d’or! »

    Aussitôt dans toute la région on ne parla plus que de cette marmite merveilleuse. Le roi, qui était avare et méchant comme tout, bien-sûr, l’apprit… Il envoya ses soldats pour arrêter les deux frères et les mener dans son château.

    - « Alors, est-il vrai que vous avez trouvé une marmite pleine d’or? »

    - « Non, répondit Pierre, nous n’avons rien trouvé! »

    - « Comment, c’est ton frère Jean qui l’a raconté à tous les habitants du pays ? »

    - « Le pauvre, il est complètement fou ! Demandez-lui quand nous l’avons trouvée cette marmite !.. »

    - « Et bien c’est le jour où il plut des macaroni, tu ne t’en souviens pas, et même que nous nous sommes tant régalés! »

    - « De quoi ? » dit le roi qui n’en revenait pas

    - « Oui, et le même jour, nous avons trouvé et attrapé: un lapin d’eau et un poisson des bois! »

    - « J’ai compris, » hurla le roi furieux. « Tu es un fou, un grand fou! Ah! tu t’es moqué de ton roi. Gardes, attrapez le et donnez lui une bonne correction. »

    Les gardes l’empoignèrent et lui donnèrent une belle volée de coups.

    Quand les deux frères retournèrent chez eux, Jean n’arrêtait pas de geindre:

    - « Aïe, aïe ma tête, aïe, aïe mon dos, aïe, aïe … »

    Pierre rit beaucoup. Maintenant il savait qu’ils vivraient tranquille, et qu’ils ne seraient plus jamais pauvre.

     

     

    Et cric, et cric, le conte est fini. Et cric et crac, le conte est achevé

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    4 commentaires
  •  

     

    Lou caremo d’un mescresènt

     

     

    Aier èro lou divèndre sant, aquest jour la gleiso demando de pas manja de car, e aco es devengu en Prouvenço uno tradicien. Lou plat que fa l’empèri es l’aioli qu’a fa sa renoumado en Prouvènço. Siéu pas religious mai la de tradicien que de cop que i’a soun agradivo a segui. Subre tout quand permeton de se coungousta.

    Iéu es pas emé un aioli que mi siéu coungousta aquéu divèndre mai ‘mé un autre plat.

     

    Sus lou marca de Cuer, souvent fès lou divèndre, un pescaire d’oursin vèn pèr vèndre sa pesco, e aier èro ‘qui, mai falié bèn pensa lou jour d’avans de faire sa coumando estènt que la fouaço cliènt. Pènsas bèn que dijòu aviéu pas oublida de lou souna, la messajarié disié : deman serai bèn sus lou marca de Cuer leissas vosto coumando se n’en voulés, mai fau veni la cerca avant dès ouro.

     

    Pèr iéu l’oursin es lou meiour di couquihun, moun paire n’éro un flame pescaire dounc es « ma madelano de Proust » (sabi coumo se dis en Prouvençau de la bono), e subre tout pouden pas n’en manja touto l’anado sa seson es courteto e sa pesco limitado. Siéu groumand de tòuti aquèlei proudut que fau espera l’arrivado, coumo li favo pèr li liéume e li cerise pèr la frucho. Malurousamen vuei dins nostre société d’aboundànci se trobo quasimen de tout touto l’anado mai li poumo d’amour au mès de desèmbre n’a ni goust ni gousto.

     

     

     

    Le carême d’un mécréant

    Hier c’était le vendredi saint , ce jour là l’église recommande de ne pas manger de viande, et cela est devenu en Provence une tradition. Le plat qui a le plus de succès est l’aïoli plat traditionnel de Provence. Je ne suis pas religieux mais il y a des traditions qui sont bien agréable à respecter lorsque elles permettent de se régaler.

    Mais moi ce n’est pas avec un aïoli que je me suis régalé ce vendredi mais avec un autre plat.

     

    Sur le marché de Cuers souvent le vendredi vient un pêcheur d’oursin vendre le produit de sa pêche et hier il était là, mais il fallait bien penser la veille de faire sa commande car la clientèle est nombreuse. Pensez bien que jeudi je n’ai pas oublié de téléphoner et la messagerie disait bien - je serai sur le marché demain laissez votre commande mais venez la chercher avant 10 heures. 

     

    Pour moi l’oursin est le meilleur des fruits de mer, mon père était un habile pêcheur d’oursin et c’est un peu ma madeleine de Proust. Surtout que l’on ne peut pas en manger toute l’année, sa saison est courte et sa pêche limitée. Je suis gourmand de tous ces produits dont il faut attendre l’arrivée, comme les fèves pour les légumes, et les cerises pour les fruits. Malheureusement aujourd’hui dans notre société d’abondance, on trouve quasiment de tout toute l’année mais les tomates au mois de décembre ça n’a ni goût ni saveur.

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •   

    Article de Prouvènço Mantèn – revisto dóuFelibrige – Mantenenço de Prouvènço

     

    A tèms passa, e jusqu’à la debuto dóu siècle vinten, lou mounde, couneissènt pas l’eleitricita, aproufichavo pas dóu counfort di lume dis ampoulo que s’escleiron au quicha d’un boutoun. Lou fougau e li calèu fournissien dins lis oustau e lis ataié prouvençau la clarour rougejanto que permetié de travaia meme quand, dins l’ivèr, la lus dóu soulèu sufisié pas pèr ié vèire proun.

     

    L’equinòssi de mars, ounte li jour e li niue soun d’egalo durado, marco la debuto de la primo. Pèr nautre, la dato de l’equinòssi, fissado pèr lis astrounome, es lou mai souvènt la dóu 20 de mars, quàuqui fes lou 21 e, gaire gaire souvènt, lou 19. Nòstis aujòu, èli, pensavon que l’equinòssi se capitavo lou 25 de mars, jour de la fèsto crestiano de l’Anounciacioun, dicho tambèn en Prouvènço « Nosto-Damo de mars ». À coumta d’aquelo dato, li jour van crèisse au despèns di niue pièi descrèisse à partir dóu soulstice de jun (Sant Jan d’estiéu) e fin qu’à l’equinòssi d’autouno lou 22 o 23 de setèmbre.

     

    Tre Nosto-Damo de mars, se pòu travaia dins lis ataié sènso l’ajudo d’un lume. Vaqui lou perqué di dicho :

     

    Pèr Nosto-Damo de mars,

    Li calèu se jiton à la mar.

    Lou vint-e-cinq de mars

    Pren toun calèu, jito-lou à la mar.

     

    Èro uno coustumo que se fasié, d’ana entre coulègo nega li lume en mandant à l’aigo quauque lumenoun atuba – viholo, cruvèu de cacalauso o candeloun – fissa sus un planchoun. Fai aro d’annado emai d’annado que la coustumo s’es reviéudado dins la Vaucluso, à Veleroun un tèms, à Mountèu pièi, à Bedarrido enfin, ounte se perseguis encaro à l’ouro d’aro. S’estènt acampa dins la viloto, li comtadin de la bono que volon faire subre-viéure aquelo coustumo,van en passo-carriero enjusquo en ribo d’Óuvezo. Aqui, chascun mando à l’aigo sa barqueto que dessus i’a empega un lumenoun. L’embarcacioun pòu èstre de papié, mai subre-tout de bos, simplo plancheto pintado, radelet de cano, cruvèu de nose de cocò… Lou principau es que siegue poulido, mai o mens adournado, e subre-tout facho dins uno matèri que matrasso pas l’envirounamen.

     

    Aquelo coustumo festivo s’amerito d’èstre couneigudo e, perqué pas, reviéudado dins mant un endré de Prouvènço en ribo de mar o de ribiero.

     

     

     

     

    Jadis, et jusqu’au début du vingtième siècle ; on ne connaissait pas l’électricité, on ne profitait pas du confort de la lumière des ampoules qui s’éclairent en appuyant sur un bouton. Le foyer (l’âtre) et les bougies - lampes à huile… fournissaient dans les maisons et les ateliers la clarté rougeoyante qui permettait de travailler même quand, l’hiver, la lumière du soleil ne suffisait pas pour y voir suffisamment.

     

    L’équinoxe de mars, où le jour et la nuit sont d’égale durée, marque le début du printemps. Pour nous, la date de l’équinoxe, fixée par les astronomes, est le plus souvent celle du 20 mars, parfois le 21 et, très peu souvent, le 19. Nos aïeux, eux, pensaient que l’équinoxe avait lieu le 25 mars, jour de la fête chrétienne de l’Annonciation, appelée aussi en Provence « Notre-Dame de mars ». A compter de cette date, les jours vont croître aux dépens des nuits puis décroître à partir du solstice de juin (St Jean d’été) et jusqu’à l’équinoxe d’automne le 22 ou 23 septembre.

     

    Dés Notre-Dame de mars, on peut travailler dans les ateliers sans l’aide d’une lumière. Voilà le pourquoi des dictons :

     

    Pour Notre-Dame de mars, 

    Les lampes se jettent à la mer.

    Le 25 mars

    Prend ta lampe, jette-là à la mer.

     

     

     

     

    C’était une coutume qui se faisait, d’aller entre amis, noyer les lumières en mettant à l’eau quelques petits lumignons éclairés – veilleuse, coquille d’escargot ou petites bougies – fixaient sur une planchette. Cela fait maintenant bien d’années que la coutume s’est ranimée dans le Vaucluse, à Velleron un moment, puis à Monteux, enfin à Bédarrides, où elle se perpétue encore aujourd’hui. Les vaillants Comtadins, qui veulent faire survivre cette coutume, se rassemblent dans la petite ville et défilent jusqu’à l’Ouvèze. Là, chacun met à l’eau sa barquette sur laquelle il a collé un lumignon. L’embarcation peut être de papier, mais surtout de bois, simple planchette peinte, petit radeau de canne, coque de noix de coco… le principal est qu’elle soit jolie, plus ou moins décorée, et surtout faite dans une matière qui ne maltraite pas l’environnement.

     

    Cette coutume festive mérite d’être connue et, pourquoi pas, ranimée dans plusieurs lieux en Provence en bord de mer ou de rivière.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    3 commentaires
  •  

    Reprouvèrbi dóu mes de Mars… pèr aquéli que fan lou jardin !

     

    « Quau voù un bèu melounié

    lou fague pèr Sant Jóusè »

     

    Sant Jóusè, lou 19 dóu mes de Mars, es lou patroun di menusié e di barricaire . Es lou moumen de planta li tartifle, de semena li meloun e tambèn li proumière baneto.

    Mai avant tout acò esperan li proumiero favo…

     

    Proverbe du mois de Mars… pour ceux qui font le jardin !

     

    « Qui veut un beau champ de melons

    le fait pour St. Joseph »

     

    Saint Joseph, le 19 Mars, est le patron des menuisiers et des tonneliers. C’est le moment de planter les pommes de terre, de semer les melons et aussi les premiers haricots verts.

    Mais avant tout cela nous attendons les premières fèves…

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

     Divèndre lou 12 de febrié 2021

     

    Càspi ! 2020 es esta uno catastrofo epico, touto-fes l'an dóu Gàrri nous a bessai óufert uno nouvello óupourtuneta : càmbia lou mounde pèr lou miés.

     

    Sus lou calendié chinés (ounte se seguisson di cicle de 60 an founda sus li 12 branco terrèstro representado emé un bestiàri, e li 5 elemen : bos, fiò, terro, metau e aigo, 2021 es l'annado dóu Bufle de Metau.

     

    Lou Bufle se trouvo pas soulamen dins lou zoudiaque chinés ; es tambèn representa dins la religioun, l'art, la literaturo e la culturo poupulàri dins touto l'Asìo de l'Est despièi di siecle. Uno grando part de la forto estimo que li portèn vèn de soun impourtenço dins l'agriculturo. En Chino es un animau fort, assoucia i culido e à la fertileta.

     

    Soun message es tras que clar : lou sucès vendrié à tout'aquéli que travaion dur, veramen dur ! Es un travai achini, un devé, uno disciplino. Dins la soucieta agricolo li bufle soun di bestiàri fiable e soulide. Èron respounsable de la subre-vivènço de l'umanita.

    Adounc, poudèn espera que ço qu'es arriba dins l'an dóu Gàrri, vai pau à pau s'aténua dins l'an dóu Bufle pèr li  trouba uno resoulucioun !

     

                                                                Gloudo, 16/02/21

     

     

      

    Le nouvel an chinois : année du Buffle de métal – Vendredi 12 février 2021

     

    Alors que 2020 peut sembler être une catastrophe épique, l'année du Rat nous a peut-être offert une nouvelle opportunité: changer le monde pour le mieux.

    Selon le calendrier chinois, où se succèdent des cycles de 60 ans basés sur les 12 branches terrestres représentées par un animal, et les cinq éléments - bois, feu, terre, métal et eau - 2021 est l'année du Buffle de Métal.

    Le Buffle ne se trouve pas seulement dans le zodiaque chinois, il est aussi représenté dans la religion, l'art, la littérature et la culture populaire dans toute l'Asie de l'Est depuis des siècles. Une grande partie de la haute estime qu’on lui porte est due à son importance dans l'agriculture. En Chine, il est considéré comme un animal fort associé aux récoltes et à la fertilité.

    Son message est on ne peut plus clair: le succès viendra à ceux qui travaillent dur. Vraiment dur. C'est un travail acharné, un devoir, une discipline. Dans les sociétés agricoles, les buffles sont des animaux de travail fiables et solides. Ils étaient responsables de la survie de l'humanité. Donc, on peut espérer que ce qui s’est passé dans l’année du Rat va peu à peu s’atténuer dans l'année du Buffle pour y trouver une résolution.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     Mefi !!arribon bèn-lèu li “jour de la Vièio”.

    Lé dison coume acò i tres darrié jour de febrié emai i tres proumié jour de mars, que soun de-longo de journado frejasso. Es un mite prouvençau : uno vièio pastresso se gaudissié, un jour, d’agué passa un ivèr gaire fre, e se trufè de febrié. Lou mes de febrié prenguè la mousco e anè vèire soun vesin lou mes de mars, que ié prestè, aquéu-d’aqui, si tres proumié jour. Di tres darrié jour que ié soubravo, joun em’ aquéli tres de mars, febrié prenguè soun revenge : faguè tant fres que tóuti li fedo de la pastresso faguèron l’artimo !

      

    Attention !! bientôt arrivent « les jours de la vieille ».

     On appelle ainsi les trois derniers jours de février et les trois premiers jours de mars qui sont régulièrement des journées de grand froid. C’est un mythe provençal : une vieille bergère se réjouissait un jour d’avoir passé un hiver peu froid, et se moquait de février. Le mois de février prit la mouche et alla voir son voisin le mois de mars, celui-ci, qui lui prêta, ses trois premiers jours. Avec les trois derniers jours qui lui restaient, joints aux trois de mars, février prit sa revanche : il fit si froid que toutes les brebis de la bergère périrent.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  

    La Tour du Faucon ou tour du Défends

     

     

     

    Avans d’èstre mai embarra, permenado au Puget-Vilo à la Tourre dóu Faucoun vo Tourre dóu Defends… Boudiéu que marrit mountadou… mai qunte visto !

    Aquelo tourre dicho « à esperoun » dato de la fin dóu siècle XIIen vo de la debuto dóu siècle XIIIen. S’enausso sus lou crestin de la colo dóu Defends (bos mounte èro enebi de faire intra lou bestiàri) e doumino lou village. Auto peraqui de 13 m, fasié founcioun d’avans-poste de gacho e permetié d’espincha touto la plano. Lou segnour dóu Puget-vilo au siècle XIV, Faucoun de Glandevès, ié aurié douna soun noum. Souleto dins lou Var, es eisagounalo deforo e pentagounalo dintre. La tourre dóu Faucoun se plaço dins lou sen de l’espàci despartementau naturau sensible di de la Tourre dóu Defends. La reabilitacioun es esta coumplido pèr lou despartamen dóu Var en 2016.

    Avant d’être à nouveau confiné, promenade à Puget-ville à la Tour du Faucon ou Tour du Défends… Oh ! Quel raidillon…, mais quelle vue !

     

    Cette tour dite "à éperon" date de la fin du XIIème siècle ou du début du XIIIème. Elle s'élève en crête sur la colline du Défends (bois où il était interdit de faire entrer les bestiaux) et domine le village. Haute de près de 13 m, elle faisait fonction d'avant-poste de guet et permettait de surveiller toute la plaine. Le seigneur de Puget Ville au XIVème siècle, Faucon de Glandevès, lui aurait donné son nom. Unique dans le Var, elle est hexagonale à l'extérieur et pentagonale à l'intérieur. La tour du Faucon se situe au sein de l'espace départemental naturel sensible dit de la tour du Défends. La réhabilitation a été effectuée par le Département du Var en 2016.

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  Emé la gènto autourisacioun de soun autour, P. Natalini , vaqui un tèste, revira au prouvençau : « l’istòri de l’aiòli »

    Avec l’aimable autorisation de son auteur, P. Natalini, voici un texte, traduit en provençal ; « L’histoire de l’aïoli »

     

    Vaqui l’històri d’un plat emblemati prouvençau : l’aiòli !

     L’etimoulougìo de l’aiòli es proun simple ; lou mot vèn de la jouncioun entre ai e òli. Pamens, se la sabour d’aquéu mesclun met tout lou mounde d’acord, en francès, l’ourtougràfi fai un pau mai debat : lou mot s’atrobo un vo dous « l » ? Tóuti li gènt soun pas esta d’acord. Emai, l’Acadèmì Franceso recounèis l’ourtougràfi emé un soulet « l » 

     

    L’ai es menciouna d’ouro forço dins l’istòri de la gastrounoumìo. Despièi l’Egito antico (aperaqui 3200 avant Jèsus Christ), l’ai es utilisa. Se n’en dounè is esclau que coustruisien li piramido pèr ié douna de la forço. 

    Aquelo sausso es dounc coumpausado majouramen d’òli e d’ai. Pèr la liga se sèr d’un rousset. 

    Tradiciounalamen, l’aiòli se sèr emé quàuqui liéume (tartifle, garroto, baneto, cachofle… vo tóuti li liéume de sesoun que se trobo), d’iòu dur e de marlusso. 

     

    L’aiòli (fin finalo soulamen uno sausso) douno soun noum au plat pèr soun enfluènci sus lis alimen qu’acoumpagno. L’aiòli es forço marcado dins lou patrimòni prouvençau. Aquéu repas es counsidera coum’aquéu dóu divèndre ounte tradiciounalamen se manjo pas de car. L’a encaro quàuqui deseno d’an, èro counsidera coum’indispensable lou sèr dóu Divèndre Sant. 

     

    En 1891, Frederi Mistral foundo lou journau « L’aiòli. Avié pèr toco d’apara lou patrimòni prouvençau. Pèr acò, lou journau èro escri coumpletamen en Prouvençau. 

     

    Jouissènt deforo Prouvènço d’uno noutourieta mens grando que la soupo de pèis vo la tapenado, l’aiòli pamens se pòu pas dessepara dóu patrimòni gastrounoumi prouvençau. Es segur qu’aquéu plat poupulàri es l’óucasioun de recampa à l’entour de la taulado, de parteja un moumen de counvivènci en se coungoustant de bèlli e bòni sabour miejournalo… E souventi-fes, en counclusènt pèr un pichot penequet à l’oumbro d’un óulivié, douçamen bressoula pèr lou cascarelun di cigalo.

     

     

     

    Aujourd'hui, je partage de nouveau sur l'histoire d'un plat emblématique Provençal : l'aïoli...

    L’étymologie de l’aïoli est assez simple à déchiffrer : Le mot vient de la jonction entre « ail » et « huile ». Néanmoins, si la saveur de ce mélange met tout le monde d’accord, l'orthographe fait un peu plus débat : Le mot comporte-il un ou deux « l » ? Tout le monde n’a pas toujours été d’accord. Quoi qu’il en soit, l’Académie Française reconnaît l'orthographe avec un seul "l".

    L’ail est mentionné très tôt dans l’histoire de la gastronomie. Dés l’Égypte antique (environ 3200 avant Jésus-Christ), l’ail est utilisé. On en donnait aux esclaves qui construisaient les pyramides afin de leur donner de la force.

    Cette sauce est donc composée principalement d’huile et d’ail. Pour la lier, on utilise du jaune d’œuf.

    Traditionnellement, l’aïoli se sert avec quelques légumes (pommes de terre, carottes, haricots verts, artichauts, … ou tous légumes de saison que l'on trouve), des œufs durs et de la morue.

    L’aïoli (finalement seulement une sauce) donne son nom au plat par son influence sur les aliments qu’elle accompagne.

    L’aïoli est très marqué dans le patrimoine provençal. Ce repas est considéré comme celui du vendredi où traditionnellement on ne mange pas de viande. Il y a encore quelques décennies, il était considéré comme indispensable le soir du Vendredi Saint.

    En 1891, Frédéric Mistral fonde le journal l’aïoli. Il avait pour but de défendre le patrimoine Provençal. Pour cela, le journal était écrit intégralement en Provençal.

    Jouissant hors de Provence d’une notoriété moins grande que la soupe de poissons ou la tapenade, l’aïoli est pourtant indissociable du patrimoine provençal gastronomique.

     

    Ce qui est certain, c'est que ce plat populaire est l'occasion de rassembler autour de la tablée, de partager un moment de convivialité en appréciant de belles et bonnes saveurs méridionales... Et souvent, en concluant par un petit sieston à l'ombre d'un olivier, doucement bercé par le chant des cigales

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

     Li Rei à z’AIS

     

     En s’entournant de Betelèn

    Eron tant las de camina

    Que li tres Rèi se soun pausa ;

    Avien plus d’or nimai presènt.

     

    « Anen à z’AIS ! Soun bràvi gènt,

    A la Queirié vuei fan boumbanço…

    Béuren vin d’or...e gaiamen

    Nous pourgiran de sa fougasso ! »

     

    Mé bonur ansin fugué fa -

    Li tres grand Rèi, en pagamen,

    Baieron Pas e Amista.

     

    ...La pouësio pèr toustèms

    Ligo Reinié, macèu, Maria,

    Ivouno, Peire, emai Nourat.

     

     

    Les Roi à Aix

     

    En revenant de Bethléem

    Ils étaient si las de voyager

    Que les trois Roi se sont arrêtés ;

    Ils n’avaient plus ni or ni cadeaux.

     

    «  Allons à Aix ! Se sont de brave gens,

    A la (Tour) Queirié aujourd’hui font un banquet…

    Nous boirons du vin d’or… et joyeusement

    ils nous donneront de leur fougasse ! »

     

    Avec bonheur ainsi fut fait

    Les trois grands Rois, en paiement,

    Donnèrent la Paix et l’Amitié

     

    ...la poésie à jamais

    Lie René, Marcel, Marie,

    Yvonne, Pierre, et Honoré.

     

     Jano Guieu

    Armana di Felibre 1977

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    L’Epifanìo – Lei Rèi

     

    Lei Rèis Mage an rejoun leis autreis santoun dins la crècho…

     

    « Li santoun an parti sus lou camin di sounge,

    Seguisson lou draióu que meno à Betelèn,

    Dins li belu d’estello e li rebat de luno,

    S’en van tout plan-planeto, à soun aise, en charrant… »

    J. Durieu

     

     

    L’Epiphanie – Les Rois

     

    Les Rois Mages ont rejoins les autres santons dans la crèche…

     

    «  Les santons sont partis sur le chemin des songes,

    Ils suivent le sentier qui mène à Bethléem,

    Dans les dernières lueurs des étoiles et les réverbérations de la lune,

    Ils s’en vont tout doucettement, à leur aise, en causant… »

    J. Durieu

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique