•  

    Despuei lou 2 de fébrié li calendalo soun acabado, avèn ranja li santoun dins uno bouito enjusqu’à l’an que vèn.

    Aro sian intra dins la poutanado dóu carnava vo caramentran.

    Lou Carnava es uno tradicioun arcaïco ligado i cicle saisounié e agricole, dejà  li Rouman fetejavon li LUPERCALO dins aquèu tèms.

     Coumo de noumbrouso autri festo pagano, lou carnava es esta d’en proumié rejita pèr la gleiso, pièi ajusta i tradicioun crestiano à l’Aje Méjan pèr fini de douna lou carnava de vuei.

    Lou principe dóu carnava es simple : pourta un masco, envessa li role e faire la festo.

    En prouvenço pendènt un passo carrièro se barrulejo lou caramentran, un pantin d’estrasso e de papié, enjusqu’au liò de sa cremacioun, es acusa  de tòuti li mau dóu vilage. Avans de lou crema lis estejan iè fan un proucès gaire equitable, l’a bèn un avoucat mai es un desgaubia  e ié trobe que de faussis escuso. La sentènci sara toujour estre crema sus la plaço publico. Lou caramentra enmeno emé si cendro touti li mau e proublèmo dóu vilage.

     Konfetti und Luftschlangen

    Depuis le 2 février les fêtes calendales sont terminées, nous avons rangé les santons dans une boite jusqu’à l’année prochaine.

    Nous sommes rentrés dans la période du Carnaval ou Caramantran.

    Le Carnaval est une tradition archaïque liée aux cycles saisonniers et agricoles, déjà les Romains fêtaient les LUPERCALES à ce moment de l’année.

    Comme de nombreuses autres fêtes païennes, le carnaval a été rejeté par l’église, puis intégré aux traditions chrétiennes au Moyen-âge pour finir par donner le Carnaval d’aujourd’hui.

    Le principe du Carnaval est simple : porter un masque, inverser les rôles et  faire la fête.

    En Provence lors du défilé en costumes dans les rues du village on promène alors le Caramantran, un pantin de chiffons et de papiers,  jusqu’au lieu de sa crémation, il est accusé de tous les problèmes du village. Mais avant de brûler, notre pantin a droit à un procès,  pas très équitable. Des habitants  l’accusent de tous les maux du village. 

    Il a tout de même droit à un avocat, mais celui-ci est très maladroit et ne lui trouve que des excuses ‘bidons’… la sentence… être brûlé sur la place publique. 

    Le caramantran emmène avec ses cendres tous les maux et les problèmes du village 

    Let´s start the party

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  

    Li trege dessèr…

     

    Chascun en Prouvenço a sa tiero de trege dessèr e tóuti varìon sensiblamen d’uno vilo à un’autro (mai tambèn d’uno famiho à un’autro !)

    Entre li trege dessèr mant un soun inmancable :

    -         la poumpo

    -         li pachichoi (li quatre fru se) : li nose o lis avelano, li figo seco, lis amelo, li passariho

    -         li nougat : lou negre e lou blanc (mai mèfi ! se vous parlo de nougat de capouchin vo nougat de paure, sachès qu’es uno figo seco fourra d’un nousihoun)

    -         Li dàti

    Se coumpleto emé :

    -         de fru fres : rin, poumo, pero, verdau (melon d’ivèr), arange, kàki, mióugrano…

    -         de pasto de coudoun o autro pasto de fru

    -         de counfituro

    -         de pastissarié, de bescue

    A-z-Ais li s’apoundo li calissoun, à-z-At li fru counfit…

     L’essenciau es d’agué li trege !

     

    Les treize desserts

     

    Chacun en Provence a sa liste des treize desserts et toutes varient sensiblement d’une ville à une autre (mais aussi d’une famille à une autre !)

    Parmi les treize desserts plusieurs sont inévitables :

    -         la pompe

    -         les quatre fruits secs : les noix ou les noisettes, les figues sèches, les amandes, les raisins secs

    -         les nougats : le noir et le blanc (mais attention ! si on vous parle de nougat de capucin ou nougat du pauvre, sachez que c’est une figue sèche fourrée d’un cerneau de noix)

    -         les dattes

     On complète avec :

    -         des fruits frais : raisins, pommes, poires, melon d’hiver, oranges, kakis, grenades…

    -         de la pâte de coing ou autre pâte de fruit

    -         des confitures

    -         des pâtisseries, des biscuits

    A Aix en Provence on ajoute les calissons, à Apt les fruits confits…

    L’essentiel est d’avoir les treize !

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  LOU TIAN

     Tèste de Frédéric MISTRAL

     

    Fau pas èstre de Prouvènço pèr pas saupre ço qu’es un tian.

    Lou tian proupamen di es un grand plat de terro, gaire founs e forço large…

    Tout ço que l’on fai couire dins aquelo eisino (e, d’abitudo, couire au four) se noumo peréu tian.

    L’a lou tian d’espinarc, lou tian de coucourdo, lou tian de sardino,lou tian de merinjano, de poumo de terro, etc…

    Quand acò sort dóu four, es sauret coume l’or ; pèr n’en manja vous farias gàrri. …

     

    Le tian un plat national de Provence !

    LE TIAN

    Texte de Frédéric MISTRAL

     

    Il faut ne pas être de Provence pour ignorer ce qu’est un « tian ».

    Le « tian » proprement dit est un grand plat en terre cuite, peu profond et très large…

    Tout ce que l’on fait cuire dans cet ustensile ((et, habituellement, cuire au four) s’appelle aussi « tian ».

    Il y a le « tian »d’épinards, le « tian » de courges, le « tian » de sardines, le « tian » d’aubergines, de pommes de terre, etc…

    Au sortir du four, c’est blond comme de l’or, et pour en manger vous vous feriez rat....

     

     
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • La rentrée de l'atelier Provençal

     

    Bounjour en tóutei 

    Lei vacanço soun aro acabado, lei pichoun soun rintra à l'escolo.

    Nautre tamben fau pensa à s'entourna à l'escolo de lengo nostre.

    Poudès veni tre lou dimècre 7 de setèmbre à 6 ouro au fougau pèr coumença, dins la joio, uno bouano annado.

    Vous esperan noumbrous

    Les cours de langue provençale reprendront

    dès le mercredi 7 septembre 2016 au fougau à 18 h

    Les anciens sont cordialement attendus et nous comptons sur de nombreux nouveaux, quel que soit le niveau, pour renforcer notre joyeuse équipe.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Lou tapeniè

     

    Couneissès tóuti, de-segur, la tapenade… mai couneissès l’aubret, lou tapeniè ? Noun ? E bèn vaqui uno foto d’aquest’ aubrihoun que flouris aro.

    Lou tapenié es acoutra pèr si boutoun flourau que, counfit dins lou vinaigre, dounon li tapèno.

    Li tapèno soun utilisa dins forço receto… si fasié, e si fa encaro, la raito , es uno sausso qu’acoumpagno li pèis e subre-tout la merlusso dessala ( èro un di plat servi pèr lou gros soupa la vèio di Nouvè).

    Vaqui la receto :

    Faire roussi dins l’òli (d'óulivo de segur !) uno cebo chaplado e dos cuié de farino.

    Aluga pièi emé ½ l de vin rouge e autant d’aigo bouiènto.

    Apoundre dos veno d’aiet, un brout de farigoulo, uno fueio de baguié, uno bono cuié de coulis e un pessu de pebre.

    Faire bouie e leissa espessi au mens de tres part dos.

    Tamisa, apoundre uno cuié de tapeno e uno pougnado d’óulivo negro.

     

    Faire fregi li moussèu de merlusso vo autre pèis, li estouri e faire couire plan plan quàuqui minuto dins la raito.

     

    Servi emé de tartiflo boulido. Bon apetis !

     

     

    Le câprier

     

    Vous connaissez tous, bien sûr, la tapenade… mais connaissez vous l’arbrisseau, le câprier ? Non ? eh bien voici une photo de cet arbuste qui fleurit maintenant.

    Le câprier est cultivé pour ses boutons floraux qui, confit dans le vinaigre, donnent les câpres.

    Les câpres sont utilisés dans beaucoup de recettes… on faisait, et on fait encore, la raito, c’est une sauce qui accompagne les poissons et surtout la morue dessalée (c’était un des plats servi pour le gros souper la veille de Noël).

    Voici la recette :

    Faire roussir (revenir) dans l’huile (d’olive, bien sûr !) un oignon haché et deux cuillères de farine.

    Mouiller ensuite avec ½ l de vin rouge et autant d’eau bouillante.

    Ajouter deux gousses d’ail, un brin de thym, une feuille de laurier, une bonne cuillère de coulis et une pincée de poivre.

    Faire bouillir et réduire de deux tiers au moins.

    Passer au tamis, ajouter une cuillère de câpres et une poignée d’olives noires.

     

    Faire frire les morceaux de morue dessalée ou autre poisson, les égoutter et faire mijoter quelques minutes dans la sauce raito

     

    Servir avec des pommes de terre vapeur. Bon appétit !

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  • Fin abriéu… fa pas caud ! Sian dins « li cavalié de la fre »

    (vèire l’article pareigu sus lou blog l’an passa). Lou pròuverbi a pas menti :

    Fin avril… il ne fait pas chaud ! Nous sommes dans «les cavaliers du froid »

    (voir l’article paru sur le blog l’année dernière). Le proverbe n’a pas menti :

     

    Au mes d’abriéu Te destapes pas d’un fiéu

    Au mois d’avril Ne te découvre pas d’un fil

     

    E pèr la seguido …

     

    Au mes de mai Vai coume te plais

    Au mois de mai Va comme il te plait

     

    Au mes de jun Prenes counsèu de degun

    Au mois de juin Ne prend conseil de personne

     

    Au mes de juliet Qu s’atapo es un couiet

    Au mois de juillet Qui se couvre est un sot

     

    Verèn bèn !?

     

    Afficher l'image d'origine

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

     

     

    Un pau de Prouvençau…

    vaqui pèr lou mes d’abriéu :

     

    Abriéu es de trento

    Mai quand plòurié trento-un

    Farié mau en degun

     

    Avril a trente jours

    Mais s’il pleuvait trente et un

    Cela ferait de mal à personne

     

     Afficher l'image d'origine

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Devinaio… qu’es acò ?

     

    Blanc, blanc coume coutoun,

    Negre, negre coume carboun,

    La coua rejo coume un bastoun ?

    Poudèn pas se manca… es l’agasso !

     

    Tre lou mes de febrié chasque parèu defènd un territòri e coustruis, souventi-fes en autour, un o mai que d’un nis emé de rampau se entre-mescla ; sèmblo que aquelo coustrucioun siegue sa majouralo óucoupacioun.

    Se dis que, pèr esterleja li gastaire de nis, lis agasso fan, bèn en visto, à l’entour de soun vertadié nis miés, escoundu d’autri fàussi nis.

     

    Tambèn se dis que l’agasso es barjacarello (parla coume uno agasso) e vouluso ( voulur coume uno agasso).

     

     

    Devinette… qu’est-ce ?

     

    Blanc, blanc comme coton,

    Noir, noir comme charbon,

    La queue raide comme un bâton ?

    On ne peut pas se tromper… c’est la pie !

     

    Dès le mois de février chaque couple défend un territoire et construit, le plus souvent en hauteur, un ou plusieurs nids faits de rameaux secs, enchevêtrés ; Il semble que cette construction soit sa principale occupation.

    On dit que, pour déjouer les dénicheurs, les pies font, bien en vue, aux abords de leur nid véritable mieux caché, d’autres nids fictifs.

     

    On dit aussi que la pie est bavarde (parler comme une pie) et voleuse (voleur comme une pie).

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Les 5  courageux du cours qui ont affronté la dictée en provençal à Carnoules.

    Une petite angoisse puis la satisfaction  pas du nombre de fautes mais du vin que l'on nous as offert si gentiment, pour avoir eu  " la chance  de réaliser  cet exploit "

    5 Poulidi persouno Gramaci aux gens  de l'IEO que nous an counvida à -n-aqueste après miejour.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  • Image du Blog petitemimine.centerblog.net

     

    Óurigino e tradicioun de la Candelouso.

    Lou 2 de Fébrié festejan la Candelouso. Autant coume Toussant, li Calèndo, l'Epifanio, la Sant-Jan d'Estiéu, aquesto fèsto es uno mescladisso de tradicioun pagano e de religioun crestiano.

     

    L'evangèli de Lu.

    Pèr li crestian, la Candelouso se celèbro lou 2 de febrié, siegue lou jour quaranten après la niue de Nouvé. Es la fèsto de la ^presentacioun de l'Enfant au Tèmple, au vièi Simeoun e à la proufetesso Ano e di relevaio de la Vierge, es à dire sa purificacioun.

    Ero tambèn lou tèms que, segound la lèi jusiolo, devié espera, pèr èstre purificado, uno femo que s'acouchavo d'un drole. Ero impuro 7 jour à-de-rèng e devié pièi espera 33 jour la purificacioun de soun sang. Se s'accouchavo d'uno chato, falié doubla lou tèms.

     

    Is óurigino pagano.

    Aguènt chausi, la glèiso catoulico, la dato dòu 25 de desèmbre pèr festja la neissènço dòu Criste de coumta 40 jour, acò menavo naturalamen au 2 de febrié e donc se venié turta i rite pagan d'aquesto pountanado. Dintre éli, noumbrous, poudèn reteni, en particulié, li Lupercalo, la fèsto d'Imbolc e lou culte de l'ourso, en noun óublidant que lou noum dòu mes de febrié vèn dòu latin februarius e dòu verbe februare, valènt à dire purifica, espÏa (dins lou sèns religious).Ferbrua èro lou diéu etrusque de la mort e de la purificacioun.

    Aquéu mes de febrié èro adounc pèr le Rouman lou mes di purificacioun, darnié mes de l'annado quouro aquesto coumençavo lou 1ié de mars (enjusquo l'an 45 avans JC).

     

    Origine et tradition de la Chandeleur.

    Le 2 février nous fêtons la Chandeleur. Tout comme la Toussaint, les fêtes de noël, l’Épiphanie, la Saint Jean d'été, cette fête es un mélange de tradition païenne et de religion chrétienne.

     

    L'évangile de Luc.

    Pour les chrétiens, la Chandeleur se célèbre le 2 février, soit le quarantième jour après la nuit de Noël. C'est la fête de la présentation de l'Enfant au Temple, au vieux Siméon et à la prophétesse Anne et des relevailles de la Vierge, c'est à dire sa purification.

    C'est également le temps où, selon la loi juive, devait attendre une femme pour être purifié, si elle accouchait d'un garçon. Elle était impure 7 jours de suite et devait ensuite attendre 33 jours la purification de son sang. Si elle accouchait d'une fille, il fallait doubler le temps.

     

    Des origines païennes.

    L'église catholique ayant choisi la date du 25 décembre pour fêter la naissance du Christ, compter 40 jours menait naturellement au 2 février et donc venait heurter le rite païen de cette période. Parmi eux, nombreux, nous pouvons retenir en particulier, les Lupercale, la fête d'Imbolc et le culte de l'ours, et n'oublions pas que le nom du mois de février vient du latin februarius et du verbe februare, c'est à dire purifié, expié (au sens religieux). Februa était le dieu Étrusque de la mort et de la purification.

    Ce mois de Février était donc pour les Romains le mois des purifications dernier mois de l’année quand celle -ci commençait le 1er Mars (jusqu'à l'an 45 avant JC).

     

    Coloriage chandeleur a imprimer

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • En ce dernier jour de cours de Provençal avec Guy Revest , le groupe était au complet.

     

    Nous avons accueilli un nouvel "élève", Yoel de Bormes-les-Mimosas

       

    qui se joint à notre groupe, nous sommes maintenant 14 personnes.

      

      Lors de cette séance, nous avons fait trois parties de loto (sans aucun lot à gagner.... dommage) .

    seulement dans le but d'apprendre et prononcer correctement les chiffres

     Une belle partie de "rigolade", à refaire !!!!!

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique