• Fin abriéu… fa pas caud ! Sian dins « li cavalié de la fre »

    (vèire l’article pareigu sus lou blog l’an passa). Lou pròuverbi a pas menti :

    Fin avril… il ne fait pas chaud ! Nous sommes dans «les cavaliers du froid »

    (voir l’article paru sur le blog l’année dernière). Le proverbe n’a pas menti :

     

    Au mes d’abriéu Te destapes pas d’un fiéu

    Au mois d’avril Ne te découvre pas d’un fil

     

    E pèr la seguido …

     

    Au mes de mai Vai coume te plais

    Au mois de mai Va comme il te plait

     

    Au mes de jun Prenes counsèu de degun

    Au mois de juin Ne prend conseil de personne

     

    Au mes de juliet Qu s’atapo es un couiet

    Au mois de juillet Qui se couvre est un sot

     

    Verèn bèn !?

     

    Afficher l'image d'origine

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

    Un pau de Prouvençau…

    vaqui pèr lou mes d’abriéu :

     

    Abriéu es de trento

    Mai quand plòurié trento-un

    Farié mau en degun

     

    Avril a trente jours

    Mais s’il pleuvait trente et un

    Cela ferait de mal à personne

     

     Afficher l'image d'origine

     

     


    votre commentaire
  •  

    Devinaio… qu’es acò ?

     

    Blanc, blanc coume coutoun,

    Negre, negre coume carboun,

    La coua rejo coume un bastoun ?

    Poudèn pas se manca… es l’agasso !

     

    Tre lou mes de febrié chasque parèu defènd un territòri e coustruis, souventi-fes en autour, un o mai que d’un nis emé de rampau se entre-mescla ; sèmblo que aquelo coustrucioun siegue sa majouralo óucoupacioun.

    Se dis que, pèr esterleja li gastaire de nis, lis agasso fan, bèn en visto, à l’entour de soun vertadié nis miés, escoundu d’autri fàussi nis.

     

    Tambèn se dis que l’agasso es barjacarello (parla coume uno agasso) e vouluso ( voulur coume uno agasso).

     

     

    Devinette… qu’est-ce ?

     

    Blanc, blanc comme coton,

    Noir, noir comme charbon,

    La queue raide comme un bâton ?

    On ne peut pas se tromper… c’est la pie !

     

    Dès le mois de février chaque couple défend un territoire et construit, le plus souvent en hauteur, un ou plusieurs nids faits de rameaux secs, enchevêtrés ; Il semble que cette construction soit sa principale occupation.

    On dit que, pour déjouer les dénicheurs, les pies font, bien en vue, aux abords de leur nid véritable mieux caché, d’autres nids fictifs.

     

    On dit aussi que la pie est bavarde (parler comme une pie) et voleuse (voleur comme une pie).

     


    votre commentaire
  • Les 5  courageux du cours qui ont affronté la dictée en provençal à Carnoules.

    Une petite angoisse puis la satisfaction  pas du nombre de fautes mais du vin que l'on nous as offert si gentiment, pour avoir eu  " la chance  de réaliser  cet exploit "

    5 Poulidi persouno Gramaci aux gens  de l'IEO que nous an counvida à -n-aqueste après miejour.


    1 commentaire
  • Image du Blog petitemimine.centerblog.net

     

    Óurigino e tradicioun de la Candelouso.

    Lou 2 de Fébrié festejan la Candelouso. Autant coume Toussant, li Calèndo, l'Epifanio, la Sant-Jan d'Estiéu, aquesto fèsto es uno mescladisso de tradicioun pagano e de religioun crestiano.

     

    L'evangèli de Lu.

    Pèr li crestian, la Candelouso se celèbro lou 2 de febrié, siegue lou jour quaranten après la niue de Nouvé. Es la fèsto de la ^presentacioun de l'Enfant au Tèmple, au vièi Simeoun e à la proufetesso Ano e di relevaio de la Vierge, es à dire sa purificacioun.

    Ero tambèn lou tèms que, segound la lèi jusiolo, devié espera, pèr èstre purificado, uno femo que s'acouchavo d'un drole. Ero impuro 7 jour à-de-rèng e devié pièi espera 33 jour la purificacioun de soun sang. Se s'accouchavo d'uno chato, falié doubla lou tèms.

     

    Is óurigino pagano.

    Aguènt chausi, la glèiso catoulico, la dato dòu 25 de desèmbre pèr festja la neissènço dòu Criste de coumta 40 jour, acò menavo naturalamen au 2 de febrié e donc se venié turta i rite pagan d'aquesto pountanado. Dintre éli, noumbrous, poudèn reteni, en particulié, li Lupercalo, la fèsto d'Imbolc e lou culte de l'ourso, en noun óublidant que lou noum dòu mes de febrié vèn dòu latin februarius e dòu verbe februare, valènt à dire purifica, espÏa (dins lou sèns religious).Ferbrua èro lou diéu etrusque de la mort e de la purificacioun.

    Aquéu mes de febrié èro adounc pèr le Rouman lou mes di purificacioun, darnié mes de l'annado quouro aquesto coumençavo lou 1ié de mars (enjusquo l'an 45 avans JC).

     

    Origine et tradition de la Chandeleur.

    Le 2 février nous fêtons la Chandeleur. Tout comme la Toussaint, les fêtes de noël, l’Épiphanie, la Saint Jean d'été, cette fête es un mélange de tradition païenne et de religion chrétienne.

     

    L'évangile de Luc.

    Pour les chrétiens, la Chandeleur se célèbre le 2 février, soit le quarantième jour après la nuit de Noël. C'est la fête de la présentation de l'Enfant au Temple, au vieux Siméon et à la prophétesse Anne et des relevailles de la Vierge, c'est à dire sa purification.

    C'est également le temps où, selon la loi juive, devait attendre une femme pour être purifié, si elle accouchait d'un garçon. Elle était impure 7 jours de suite et devait ensuite attendre 33 jours la purification de son sang. Si elle accouchait d'une fille, il fallait doubler le temps.

     

    Des origines païennes.

    L'église catholique ayant choisi la date du 25 décembre pour fêter la naissance du Christ, compter 40 jours menait naturellement au 2 février et donc venait heurter le rite païen de cette période. Parmi eux, nombreux, nous pouvons retenir en particulier, les Lupercale, la fête d'Imbolc et le culte de l'ours, et n'oublions pas que le nom du mois de février vient du latin februarius et du verbe februare, c'est à dire purifié, expié (au sens religieux). Februa était le dieu Étrusque de la mort et de la purification.

    Ce mois de Février était donc pour les Romains le mois des purifications dernier mois de l’année quand celle -ci commençait le 1er Mars (jusqu'à l'an 45 avant JC).

     

    Coloriage chandeleur a imprimer

     

     


    votre commentaire
  •  

     


    votre commentaire
  •  

     


    votre commentaire
  • En ce dernier jour de cours de Provençal avec Guy Revest , le groupe était au complet.

     

    Nous avons accueilli un nouvel "élève", Yoel de Bormes-les-Mimosas

       

    qui se joint à notre groupe, nous sommes maintenant 14 personnes.

      

      Lors de cette séance, nous avons fait trois parties de loto (sans aucun lot à gagner.... dommage) .

    seulement dans le but d'apprendre et prononcer correctement les chiffres

     Une belle partie de "rigolade", à refaire !!!!!

     

     


    votre commentaire
  •  


    votre commentaire

  • votre commentaire
  •  


    votre commentaire
  • Pèr soun quicho clau, lei escoulan dóu cous de prouvençau an pres un agradiéu aperitiéu dins la bouano imour coustumiero au fougau.

    Vacanço

     Pour la dernière réunion, les participants du cours de provençal, ont trinqué dans la bonne humeur habituelle du foyer.

     

    Vacanço

      

    Se soun fissa rescontre lou dimècre 9 de setèmbre après de requisto vacanço.

     

    Vacanço

     

     Ils se sont fixé rendez-vous le mercredi 9 septembre après de bonnes vacances

     


    votre commentaire
  •  

    Henriette G

    Le médecin de Cucugnan se promène souvent avec un livre à la main, Les Cucugnanais doutent de son savoir, ils n'allaient pas à sa consultation,

     Josette O

    Ero un mège que n’en sabié long, car n’avié forço après ; e pamens, dins Cuccugnan, ounte despiei dous an s’èro establi, i’avien pas fe. Que voulès ? Toujour lou rescountravon em’un libre à la man, e se disien, li Cucugnanen :

    « saup rèn de rèn, noste mège : fèbre-countùnio legis. S’estùdio, es per apprendre. Sa besoun d’apprendre, es que saup pas. Se saup pas es un ignorènt ». –

     Sylvie D

    Poudien pas li leva d’aqui, e… i’avien pas fe.

    Un mège sènso malaut es un calèu sènso oli. La fau pamens gagna la vidasso, e noste paure mesquin gagnavo pas l’aigue que bevié.

    Ero tèms, certo, qu’aco finiguèsse.

    Un jour, pèr n’en vèire la fin, lou mège fagué dire dins tout Cucugnan que sa sciènci èro tant grando, e tant pouderouso, e tant soubeirano, qu’èro capablo, noun soulamen de gari un malaut, ço qu’es un jo d’enfant, mai de ressuscita ‘n mort, ço que se pòu dire un gros miracle de Diéu !...

     Henriette G

    Un jour il dit dans le village que sa science est grande , qu'il est capable de soigner , mais aussi de ressusciter les morts, Il donne RV au cimetière

    Albin

    - « Eto-mai, un mort, disié, mort e enterra !...E lou ressuscitarai quand voudran en plen jour, en plen cimentèri, davans tòuti ! »….

     

    Josette O

    Fugué counvengu que lou dimenche venènt, à miejour sounant, Moussu lou mège, en plen cémentèri de Cucugnan, dévié ressucita ‘n mort…

     Albin

    - Mis ami, digué, vous ai proumés de ressuscita ‘n mort : tendrai paraulo. N’en lève la man. Vejan ! e silènci !...M’es pas mai dificile, segur de reveni Jaque o Jan que Nanoun o Babèu, que Glaude o Simoun… Voulès que vous ressuscite… Simoun ? Coume ié disias ? Simoun Cabanié…qu’es mort d’un marrit plévèsi, i’ aura lèu un an ?

    Josette G

    Catherine demande à ce qu 'on ne le ressuscite pas, car à la fin du mois elle se marie avec Pascal et ils ont déjà reçu des présents,

     Henriette

    - Escusas, Moussu lou mège, siou Catarino, véuso dòu paure Simoun. Ero certo un brave ome, fasié moun bonur, e lou plourarai tant que Diéu me gardara lis iue de la tèsto ! Mai lou ressuscitès pas , vesès, car, vèngue la fin dòu mes, quitarai lou dòu… que me volon marida ‘mé lou long Pacau. Dòu vuie en vue fan li crido – proumié-darrié. - Ai reçaupu li présènt.

     Albin

    - Ah ! que fasès bèn de me lou dire, Catarino !... Eh ! bèn, alor, se ressuscitave Nanoun Pèu-Rouge, qu’enterrèron lou jour de la Candelouso ?...

     

    Josette G

    Nanou est la femme de Jacques 10 ans de purgatoire, qu 'elle reste où elle est pour mon repos, têtue comme un âne, bagarreuse, dépense tout l 'argent et a une langue de vipére, ferait battre la Sainte vierge et son Joseph,

     

    Adrien

    - Gardas-vous n’en bèn, Moussu lou mège, Nanoun èro ma femo. Sian resta dès an ensèn, dès an de pugatòri, tout Cucugnan lou saup. Que Nanoun rèste ounte ei, per soun repaus e pèr lou miéu. Un pico-pebre, Moussu ! testardo coume un ase, e vanelouso, e garrouio, e chaupiasso, em’acò pièi li man traucado, em’uno lengo ! uno lengo de serp, Moussu, qu’aurié fa batre la santo Vierge emé san Jòusé ! E …se diséu tout !…

     Henriette Chaque proposition est ainsi rejetée. Cependant le médecin poursuit :

    Albin

    Vesès, acò ‘s proun enfetant... Vau finalamen reviha lou Besuquet, qu’avalè sa lengo en manjant de merlusso, i’a ‘no mesado.

     

    Henriette G

    Louiset ne veut pas,il m 'a vendu sa vigne, son mas en viager , je ne veux pas recommencer,

    -Adrien,

    Vole pas, iéu, vole pas! cridè Louviset Gaugalin, li dous bras en l’èr! M’avié vendu sa vigno e soun maset à founs perdu. I’ai paga mai que sa valour, dès an à-de-rèng, - en bèus escut-blanc,- e i’a jamai manca ‘n sòu. Me faudrié tourna-mai ié paga sa pensioun? Sarié pas juste, Moussu lou mège.

     

    Henriette G

    Alors un qui n 'a ni soeur, ni femme, ni frère, votre bon curé, si je le ressuscitais

    non non sourd comme un pot: on lui parle de figues, il répond raisins

    à ce jour un jeune curé , beau galant élégant,

    Albin

    - Me n’en diras tant!... Eh bèn! siegue!...

    N’en sabe un que mourigué, leissant ni femo ni enfant, ni fraire ni sorre, mai l’eisèmple de tòuti li vertu, e si quatro sòu a voste espitau : voste bon Curat, que tant vous amavo, que plourerias tant ! e que per l’amour de vous, fagué, vous ensouvèn ? un tant rude viage dins l’autre mounde, bouscant, paure pelegre ! pèr tout cantoun e caire, si Cucugnanen, e lis atrouvant touti, fin quo d’un - ai ! malur ! – dins l’infèr tout dubert ? Se lou ressuscitavian ?

     

    Sylvie

    - Ah ! nàni, nàni, Nàni ! Nàni ! Moussu lou mège !...

    - Dòumaci, Dòumaci èro vièi, ah ! paure ! e sourd coume un toupin, bèn tant sourd que… quand me coufessavo, se ié parlave figo me respondié rasin. Leissas-lou dins la glòri de Diéu !... Car piéi, aven aro un Curat qu’es jouine e qu’a ‘n biais galant ; es brave coume un sòu, e canto coume uno ourgueno, predico coume un serafin, meno sa barco coume se dèu…

     

    Henriette G

    le médecin propose alors de ressusciter un enfant de lait

    La grand mère dit : ce n 'est pas possible d 'allaiter deux enfants,

    Albin

    - Que vous dirai ?... Perqu’acò ‘s ansin, viren-nous d’un autre caire : tenès, vesès, aqui davans, uno pichoto crous de bos ? Dirias que l’erbo flourido e li blanc cacalausoun an vougu n’escoundre la tristo colour negro, tant de pertout li cacalausuon blanc se ié soun empega, e tant à soun entour a bèn grandi e flouri l’erbo ! Es lou cros d’un enfant de la. Avié dès mes quand mourigué : l’escritèu lou dis. Sarié pecat segur de lou ressuscita : es tant urous d’èstre mort, de pas vièure dins un mounde ounte s’ausis… ço que me disès, mis ami !... Se pamens voulès que lou revèngue, tambèn lou revendrai.

     

    Josette G

    - Moussu lou Dòutour, fai alor uno bravo vièio en plourant, aquéu pichot mort es nostre, ai ! las ! e siéu sa grand. Ma fiho l’avié panca desmama, e traucavo sa dènt de l’iue, quand, pecaire ! mouriguè. Ah ! s’avias vist coume èro bèu, noste nistoun !... Diéu nous l’a pres, eh ! bèn, siegue facho sa voulounta !... Vesès, aro n’avèn un autre que teto. Diéu fai bèn ço que fai, e rènd pièi d’uno man ço que nou prend de l’autro. Lou reviéudés pas, que poudrian pas n’en nourri dous, e sian trop paure pèr lou metre en bailo….

     

    Henriette G

    Le médecin renonce à resusciter les morts, mais sa réputation est établie:

    Tout Cucugnan se fait soigner chez lui,

    Albin

    - N’i’a proun pèr aro, e meme trop! diguè. D’abord que voulès pas que fague vuei lou miracle, assajarai de lou faire un autre jour, noun en ressuscitant un trespassa, - car m’es veritablamen impoussible, lou vesès, - mai en aparant la vido agarrido pèr la mort.

    Adessias.

     

    Josette O

    E s’esbignè.

    Quau vous a pas di que, despièi aquéu Dimenche marcant, noste mège faguè miracle dins Cucugnan. Ressuscitè pas li mort, mai sauvè la vido à mai que d’un. Li Cucugnanen i’aguèron grand fe, - car enfin, disien, se tenguè pas sa proumesso au cementèri, es pièi pas éu, fau èstre juste, que n’en fuguè l’encauso.

    Em’ acò bello finido.


    votre commentaire
  • Vaqui pèr festeja l’estiéu un pouèmo de Jan Enri Fabre   

    voici pour fêter l’été un poème de Jean Henri Fabre    

     

     

     


    votre commentaire
  • Voici le programme des festivités à partir du jeudi 25 juin à La Garde

    (cliquer sur les photos pour voir correctement le programme en détail)

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique